Translate my blog

21 février 2010

Jour 9 - qualifications saut acrobatique - femmes

Aujourd'hui, j'accomplis mon deuxième quart de travail très, très, très matinal. Enfin, peut-être pas pour vous, travailleurs des banlieues éloignées qui vous levez chaque matin à 5h pour prendre la route à 6h. Mon horaire hebdomadaire ressemble plutôt à ceci: lever 6h45, préparation et déjeuner, départ à 7h45. Donc, je disais quart de travail matinal. À 4h, le iPhone commence à vibrer sur la commode située à la droite de la tête de lit. "One more day to go!!" Le taxi prend à peine cinq minutes à arriver et en met presque pas plus pour atteindre Lonsdale Quay.

Je retrouve Dona Henderson dans l'autobus. Elle me salue avec son bonjour (prononcé à l'anglaise) habituel. Dona sera grand-maman dans deux mois. Tous deux retraités, son mari et elle résident à Thunder Bay et ont décidé, comme ça, de donner du temps bénévole aux Jeux. Son mari, qui s'implique beaucoup dans le curling canadien, conduit des véhicules VANOC de GM pendantles Jeux.

6h. Je passe le screening de sécurité, le poste d'arrivée des bénévoles (notre punch à nous), ramasse ma bouteille d'eau Dasani 591 mL et la feuille de nouvelles de la journée et poursuis ma route vers le chalet des skieurs qui nous sert de QG. J'obtiens mon assignation de la journée: Bravo 20. La vérification des billets avec un scanneur sans-fil. "Merde! Encore en bas à l'entrée, loin de l'action!" Il s'agit de mon cinquième quart de travail (sur sept) dans des équipes de l'entrée. Soit Bravo 10, 20 ou Entry 20. Demain, je m'objecterai à toute assignation portant les noms Bravo ou Entry. Assez c'est assez! 
De Jeux Olympiques 2010 à Vancouver
6h45. L'équipe Bravo 20 prend position. L'équipe de service à la clientèle, qui vérifie les billets en cas de pépin, nous explique le fonctionnement des scanneurs. Très facile: tu appuies sur le bouton jaune, ce qui active le laser rouge qui lit le code à barre du billet. Deux réponses possible: flèche verte GO ou signe rouge STOP. Nous attendons plus de 7 000 spectateurs. Nous sommes six avec des scanneurs et trois du service à la clientèle. Les portes ouvrent à 7h et les qualifications de saut acrobatique féminin débutent à 10h.
De Jeux Olympiques 2010 à Vancouver
De Jeux Olympiques 2010 à Vancouver

Sur les dix personnes au point d'accès, cinq sont québécoises. Ai-je besoin de vous dire que les spectateurs présents cette journée-là ont vécu le français à leur arrivée? Il y a entre autres Catherine Girard (service clientèle), qui travaille en ressources humaines chez RONA. Ils sont plus de 95 employés RONA ici, à travailler aux Jeux. RONA est l'un des six partenaires nationaux des Jeux. Tous les employés recoivent leur salaire et leur billet d'avion a été payé. Il y aussi Nancy Gauthier-Ouellet. Elle pense m'avoir déjà vu à quelque part, en dehors des Jeux. Je lui demande en quoi elle a étudié. Marketing, aux HEC. "Ah, comme moi!". Tu m'as peut-être vu dans le cours de PME, car un cas sur la compagnie Outils Gladu y est présenté et j'y apparaît à de nombreuses reprises, pour expliquer le rôle du marketing dans une PME. Nancy a été trésorière de l'association des étudiants du BAA, l'AEHEC. Nous partageons nos souvenirs de la vie trépidante d'étudiants impliqués à fonds. Ce que le monde peut être petit!

Vers 10h, le superviseur des billets annonce: "7,500 in folks! Great job!". Wow. J'ai dû scanner plus de 1 200 personnes en moins de deux heures. Le bras droit et la main droite sont endoloris. Vivement une pause, que je passe debout dans la neige derrière les photographes de presse. Les filles effectuent leurs sauts de qualification. Il me semble que les spectateurs retiennent leur souffle à chaque saut: la fille dévale la pente à plus de 60 km/h, emprunte le saut, effectue ses manoeuvres dans les airs et retombe (enfin, nous l'espérons tous!) sur ses skis. Ouf! Que de courage.

Notre chef d'équipe nous envoie luncher avant la cohue de la sortie des spectateurs. Une soupe, un sandwich, une barre tendre, un fruit, une bouteille de jus d'orange. Voilà le menu quotidien. Les souper sont plus consistants, le sandwich étant remplacé par un plat chaud et une salade. Nous avons accès à volonté à du café et du chocolat chaud, ainsi que des biscuits pépites de chocolat moelleux (mioum, mioum, mioum fait le ti-gars en moi!). Plusieur ont  adopté depuis le début la stratégie de l'écureuil qui se bâtit des réserves. À chaque repas tu prends un item de chaque, même si tu n'as pas faim.

Vers 13h, la foule s'avance vers nous. Les australiens festoient avec raison: trois compatriotes sont qualifiées. Il y a aussi deux biélorusses, quatre chinoises et trois américaines. La canadienne est 15e. La finale se tiendra mercredi soir, à 19h30. Pour le moment, la météo annonce de la neige.
De Jeux Olympiques 2010 à Vancouver

Les spectateurs doivent marcher 1.6 km du stade à l'autobus. Le sentier est en pente descendante, sur l'accotement asphalté. De la paille a été étendue à la droite, pour "embellir" le décor. Je suis posté juste avant la petite tente que vous voyez à droite. Quand on dit que la vérité sort de la bouche des enfants, en voici une bonne. Une petite américaine s'avance avec sa mère: "Hey mom! Looks like the farm here!". Trop mignon!
De Jeux Olympiques 2010 à Vancouver
Les autorités de Translink prévoyaient un très gros weekend au niveau transport en commun. La température magnifique, l'esprit des Jeux font en sorte que la file d'attente du Seabus à Lonsdale est de plus de 90 minutes! Un ordre de grandeur pour imaginer la file: le Seabus effectue un départ aux 10 minutes, avec 400 passagers à bord ...

J'arrive en ville vers 18h30. La station Waterfront, où convergent trains de banlieue, Skytrain, métro Canada Line et Seabus, déborde de partout. Pour entrer dans le métro, je dois sortir de la gare, marcher dehors, monter des escaliers et faire la file pendant 20 minutes. Je sors en civil ce soir. Hier, je me faisais poser plein de questions par des touristes. Ils ont vite compris à quoi servaient les bonhommes bleus... Je me retrouve justement dans la file avec un bonhomme bleu. Il travaille au transport à Cypress. Derrière nous, une famille de Toronto. Ils nous bombardent de questions sur notre expérience aux Jeux. Ce qui pour nous constitue la normalité quotidienne, quasi banale, les impressionne au plus haut point.

Guillaume, mon instructeur de vol chez Cargair, me disait souvent: "Elle est pas belle la vie?!?!!!" Guillaume, je te réponds ceci: "You bet it is!!!".
De Vol voyage St-Hubert * Québec * Trois-Rivières * St-Hubert

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...