Translate my blog

14 février 2010

Jour 2 - une réserve de merci pour au moins 3 ans!










Wow! J'ai eu mon baptême des Jeux! Arrivé sur la montagne vers 16h, je passe la première étape: m'enregistrer. Je reçois ma carte de suivi des quarts de travail. Je poursuis ensuite ma route vers le centre des opérations, où l'on me remet un carton de couleur verte. Je serai dans l'équipe Bravo 20 ce soir, au poste de validation des billets. Mes rôles: access monitor (m'assurer que les gens accrédités possèdent les bons codes sur leur accréditation) et ticket taker (valider les billets avec un appareil sans fil).

Nous sommes 10 et prenons la relève de l'équipe précédente. Les qualifications des bosses - dames sont en cours lors de mon arrivée. La majeure partie des spectateurs ont donc passé l'accès. Nous échangeons entre nous. Deux montréalais sont dans mon équipe. Vers 18h20, ma chef d'équipe m'envoie manger. J'ai 35 minutes. 10 minutes aller-retour, cela me laisse 25 minutes pour souper. La file d'attente est tellement longue que je dois rebrousser chemin. J'y retournerai vers 19h20, cette fois-ci avec plus de succès. Au menu: soupe, lasagne, salade césar et barre tendre. Les breuvages: tous des produits Coke. Pendant que je mange dans l'aire de repos de la main-d'oeuvre, bien au chaud et au sec, la finale des bosses - dames prend son envol. La pluie tombe à torrent.

Je retourne à mon poste. D'où je suis, je vois la piste et j'entends très bien les clameurs de la foule. Facile donc de savoir quand une canadienne descend. Nous apprenons que Jennifer Heil remporte l'argent et qu'elle partage le podium avec deux américaines. "Préparez-vous, les invités quittent la montagne." Je me retrouve sous le chapiteau blanc, pour maintenir une toile qui bloque la sortie. La marée humaine s'avance vers nous. Une vague de personnes de tous les âges, tous les pays. Une vague complètement détrempée. Une vague qui malgré la pluie, le fort vent, le manque de nourriture et de chaleur, sourit à grandes dents et nous dit à nous, les bénévoles: "Merci pour ce que vous faites. Merci!". Je n'en reviens tout simplement pas. Incroyable! Pendant plus de quarante-cinq minutes, des sourires, que des sourires.

L'embarquement dans les autobus semble laborieux. Imaginez: vous devez ramener 8 à 10 000 personnes à raison de 50 par autobus en bas d'une côte qui fait 3 000 pieds de dénivélation et 11 km de long... Je ne souhaite qu'une chose en voyant les autobus urbains de Californie: que leurs freins soient vérifiés tous les jours...

Qu'est-ce que je retiens le plus de cette première journée? Quand vous êtes en public, ouvrez bien grandes vos oreilles et écoutez. Puis, approchez-vous de la personne en question et posez-lui des questions. Un exemple: en montant vers Cypress, deux gars habillés en rouge discutent. L'un d'eux mentionne qu'il est originaire de Québec, vit à Montréal (tient, tient, ça me fait penser à quelqu'un...). En marchant vers l'accès sécurisé, je jase avec lui. Il travaille pour Oakley et vient pour s'occuper des lunettes des athlètes, dont Jennifer Heil. "Tu connais un tel, qui est pour Oakley à Montréal?" "Bien sûr, c'est un grand ami!". Le gars en question, c'est le frère de ma collègue Chantal, à la CIGM. Je retrouve ici l'amosphère incroyable qui régnait dans les congrès AIESEC quand j'étais à l'université.

1 commentaire:

  1. "The best way to teach people is by telling a story." Kenneth Blanchard

    You are truly an inspiration to me.

    I do not need a strong coffee to start my day, just reading your blog is enough to give me more and more motivation and inspiration to be the best and achieve positive results daily!!

    I am very proud to know you!

    Congratulations on all your new discoveries and aacomplishments!

    RépondreSupprimer

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...