Translate my blog

16 février 2010

Jour 4 - trois médailles en trois jours!! Way to go!

J'ai écrit ce billet en trois phases: dans l'autobus californien me menant à la montagne ce matin, pendant ma pause du dîner et en soupant à Lonsdale Quay avant de revenir à la maison.

Matin. Devant moi, un autrichien. À ma gauche, un couple du Wyoming. Des manteaux bleus, d'autres spectateurs. Le voyage dépayse. Tout y est nouveau. En ce moment, je ressens l'émerveillement d'un enfant qui découvre le monde. Mon corps entier est à l'affût de la moindre information. Je pense que cet état d'être explique l'air béat des bébés et des enfants, jusque vers 3-4 ans. Ils vivent dans le présent. Pour eux, ni passé, ni futur. Ils vouent une entière confiance à la vie. Chaque minute me semble durer des heures. Aller au devant des gens. J'avoue qu'ici, le contact se noue rapidement. Tu regardes la personne dans les yeux, en souriant, et tu demandes: "Hi! Where you from?". Aussi simple que cela. La conversation démarre. Nous en venons rapidement à parler de nos vies. Des êtres humains qui connectent.

La prochaine fois que vous irez au centre d'achat, portez attention aux bébés qui se regardent d'une poussette à l'autre: n'ont-ils pas cette étincelle dans leurs yeux: "tiens, un comme moi!". Rendu adulte, nous ne voyons plus que les différences. La couleur de la peau, la langue, l'âge, toutes les raisons sont bonnes pour catégoriser immédiatement.

Lunch. Un bénévole me rapporte que lors de sa conférence de presse, Alexandre Bilodeau a remercié sa famille et les bénévoles des Jeux. Quel gentlemen ce Alexandre! Merci!! En avance pour mon quart de travail, j'ai décidé d'aller me promener au stade de snowboard. Visitez mon album Picasa pour voir toutes les photos de la journée, ainsi que YouTube pour les vidéos.

Retour. Je reviens sur le pouvoir d'un sourire. Pour la troisième journée consécutive, j'ai été assigné au egress, cette période d'une à deux heures pendant laquelle les milliers de visiteurs du site se dirigent vers les autobus. Avez-vous déjà lu à quelque part qu'un sourire vaut mille mots? J'effectue des tests sur ce sujet depuis samedi. Tu regardes les gens avec un méga sourire et ils te sourient en retour. Tu regardes les gens avec un air "absent, neutre, bête, appelez ça comme vous voulez", ils t'ignorent. J'ai expérimenté ces deux facettes sur des milliers de personnes dans les trois derniers jours.

Savez-vous à quel moment la joie culmine, et ce sur plusieurs rangs de marcheurs? Quand je vois un enfant arriver, fatigué de sa journée de plein air et de marcher des kilomètres avec ses bottes. Je le regarde dans les yeux en souriant, je tends ma mitaine rouge Canada et lui lance: "Hey! You made it to the bus. You're a champion! High Five!!" L'enfant lève le bras, tape fort, sourit et poursuit son chemin. Ses parents retrouvent le sourire. Les gens qui suivent aussi. À chaque, il en résulte plus de High Five. Aussi simple que cela les relations humaines. Sourire. Faire passer la joie de vivre par le sourire et les yeux.

Sur ce, le sommeil m'appelle. Une bénévole de North Vancouver passe me prendre à la maison à 3h45... Mon quart de travail débute à 5h30. La navette quitte Capilano University à 4h10! L'oiseau de nuit en moi frémit à cette idée!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...