Translate my blog

8 novembre 2015

Clore un chapitre, en ouvrir un nouveau – partie 1

Début avril 2015. J’apprends que l’un de mes groupes favoris, Metallica, fermera le Colisée de Québec et ouvrira le Centre Vidéotron, en septembre. Je me promets sur le champ de vivre ces deux moments sur place, en compagnie de milliers d’autres fans de ce groupe américain de Heavy Metal qui apprécie énormément ma ville natale, Québec.

Vendredi 24 avril, 11 h 50. Je suis en classe à l’Université de Sherbrooke. L’un des derniers séminaires du parcours académique qui me mènera, en septembre, en Europe. Et jour de mon 47e anniversaire de naissance. À midi, les réseaux Billetech et Ticketmaster mettent en vente les billets pour ces spectacles qui s’annoncent mémorables. J’ouvre mon fureteur internet et, dans deux onglets différents, commence à rafraîchir les pages. Je n’en suis pas à mes premières armes dans l’achat de billets pour des spectacles rock et je sais que je dois agir vite. À 12 h 10, je crie victoire : le lundi 14 septembre, au vieux Colisée, et le mercredi 16 septembre, dans le Centre Vidéotron tout neuf, je vivrai l’histoire. Je m’offre un cadeau de fête afin de clore un chapitre de ma vie et en ouvrir un nouveau.

Cinq mois passent. Je me consacre à fond à la rédaction, avec mon équipe des Scopes, de notre recherche-action.

Le 14 septembre, j’emprunte l’autoroute 20 en direction est, presque du reculons. Peut-être ai-je peur de retrouver les fantômes du passé ? Je ne sais trop. La première partie ne m’intéressait pas, alors j’ai pris mon temps. J’arrive dans le quartier Limoilou vers 20 h. Je marche vers le Colisée, plongé dans mes souvenirs d’adolescence. J’en ai vu, des shows rock dans cette enceinte ! J’entre à l’intérieur. Les techniciens de scène terminent la mise en place pour Metallica.

Je jette un coup d’œil vers la galerie (les bancs gris), là où papa a eu un billet de saison des Nordiques. Je tourne ensuite le regard vers les loges, au centre, là où mon oncle Benoit Roberge possédait son billet de saison des Nordiques, puis des Remparts. Les deux Ben (mon père et mon oncle), ont vu jouer Jean Béliveau, Guy Lafleur, Marc Tardif ou encore Joe Sakic dans ce vieil amphithéâtre. Metallica entre sur scène vers 21 h 10 et en sortira à 23 h 30.


J'ai eu droit à une autre prestation fort énergique du groupe californien, qui a joué dix-huit chansons. Le vieux Colisée entrera en dormance, après avoir vu tant d’action au cours de ses 66 années d’existence.

La Corolla grise me ramène 254 km à l’ouest, à la maison. Vers 2 h, je plonge dans mon lit avec bonheur. Mardi soir, je débute une nouvelle session d’enseignement chez Zoom Académie. Je retrouve avec joie une nouvelle cohorte d’étudiants qui désirent se perfectionner en événementiel et démarrer leur entreprise.

Je m’endors avec l’impression de clore une étape de ma vie. Demain, je compte partir plus tôt afin d’aller rendre visite à mes parents au cimetière Notre-Dame de Belmont.

27 octobre 2015

Vivre dans le présent.

L’une des meilleures décisions que j’ai prise dans ma vie, en 2014, consiste à me concentrer sur une seule chose à la fois. Il m’en aura fallu, des épreuves, pour comprendre que Christian-la-pieuvre aux dizaines de bras répétait toujours les mêmes erreurs. Toujours plus, encore plus. Ne jamais dire non. Saisir TOUTES les occasions de performer encore et encore. Pour apprendre. Afin de tester mes limites je suppose. J’aurai mis à peine vingt-huit années à comprendre… Christian-la-pieuvre qui s’épuise à courir après des dizaines de projets en simultané n’est plus.

Une chose à la fois.

La méditation (merci Headspace !) m’a appris à vivre dans le présent. À libérer mon esprit du passé. À le libérer de ce qui risque d’arriver dans une semaine, deux mois, trois ans, quatre décennies.

À vivre ainsi dans le moment présent, une chose à la fois, j’en oublie de visiter ce blogue qui a joué, et jouera encore, un rôle important dans ce que je suis devenu depuis sa mise en ligne en novembre 2009.

Au retour des vacances estivales aux Iles-de-la-Madeleine, j’ai mis les bouchées doubles afin de rattraper mes équipières de la maitrise, qui, durant mon absence, ont poursuivi la rédaction des travaux à remettre à la fin du mois d’août. L’aventure débutée en janvier verrait bientôt sa conclusion. Nathalie et les enfants ont dû vivre avec mon absence tous les weekends d’août et du début septembre.

Sans compter que la dynamique familiale se transforme en cet automne 2015.

Mathieu emménage dans un appartement à Sherbrooke, en compagnie de Pierre-Olivier , son coéquipier des Patriotes du Richelieu. Il fait son entrée à l’université en géomatique de l’environnement. Roselyne emménage chez une amie de Nathalie sur le Plateau Mont-Royal, suite à son entrée au Cégep de Maisonneuve.

Début septembre, je me serai donc consacré corps et âme au projet de recherche-action qui s’est conclu par une tournée de six présentations dans des universités et des associations professionnelles à Rouen, Lille, Bruxelles, Nanterre et Paris.

Avant de m’envoler, j’ai vécu les concerts de Metallica au Colisée Pepsi et au Centre Vidéotron de Québec. J’en ai profité pour visiter maman, papa, oncles et tante au cimetière Notre-Dame de Belmont. Un billet s’en vient d’ailleurs à ce propos.

Après les présentations du 28 septembre au 2 octobre, couronnées de succès, j’ai eu l’immense privilège de vivre des retrouvailles familiales dans une ferme plus que centenaire à Corrobert, une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. J’y ai retrouvé une ambiance qui me ramenait dans les fêtes familiales des Fortin. Oncles, tantes, cousins, cousines et leurs jeunes enfants, ces derniers dictant le rythme de la journée. J’ai visité l’Expo 2015 à Milan et, le 10 octobre, j’ai retrouvé avec joie la demeure familiale sur les rives du Richelieu. Depuis, je libère mon esprit en complétant les rénovations entreprises par Nathalie et Félix dans le sous-sol.

Dans trois jours, je retrouve pour la dernière fois mes collègues de la maitrise au campus Longueuil de l’Université de Sherbrooke. Un séminaire de trois heures pour nous préparer à la dernière étape qui me mènera à l’obtention de ce grade de second cycle dont je rêve depuis le milieu des années 90.

Le bilan intégrateur de cinquante pages conclura mon parcours et me permettra, en janvier 2016, de prendre un nouvel envol.

En me concentrant sur une chose à la fois, centré sur le moment présent.

16 juillet 2015

S’offrir une pause de deux semaines.

Les vacances estivales. Qu’évoquent-elles pour vous ? De longues semaines sans école ? Un emploi d’été ? Des travaux de rénovation ? Un séjour en camping ? Ou encore sur le bord de la mer ou d’un lac ? Pour moi, elles riment avec séjour à la mer.

De l’âge de deux ans à l’âge de 13 ans, la frénésie s’emparait de ma sœur Véro et de moi en juin. Dès l’école terminée et la page de calendrier tournée à juillet, nous empruntions la route 173 vers la frontière du Maine, puis la 201 et la 95, afin de nous rendre à Hampton Beach, dans le New Hampshire. En général, pour une semaine. Et quand les années étaient bonnes et le budget familial moins serré, deux semaines. Oncles et tantes Roberge et Côté nous y joignaient. Nous résidions au Blue Jay Motel, alors qu’ils préféraient le Brownie’s, de l’autre côté de la rue.

Le camp d’été des cadets de l’armée en 1983, puis les emplois d’été et enfin le départ à l’université à Montréal ont fait en sorte que pendant plusieurs années, la mer a disparu de ma vie. Dans mon enfance, j’avais entendu parler ma cousine et marraine Louise de son épopée aux Iles-de-la-Madeleine en vélo. Pour l’enfant que j’étais, pédaler autant de kilomètres s’avérait une tâche dont seuls les super héros pouvaient s’acquitter. La vie a fait en sorte que ma sœur y a effectué des stages lors de ses études en médecine.

Nathalie et moi l’avons visité à l’époque et nous sommes tombés en amour avec cet archipel posé au beau milieu du golfe du Saint-Laurent. Les Iles représentent aujourd’hui pour nos enfants ce qu’Hampton Beach représentait pour moi et ma sœur. Se retrouver dépaysé à des centaines de kilomètres de la maison. Jouer dans les vagues et dans le sable. Être seuls avec nos parents sans les tracas du quotidien, de la course boulot-études. Se laisser bercer par la brise marine et le soleil sur notre peau.

Cette année, notre séjour aux Iles prend une tournure spéciale. La tradition voulait, lorsque les enfants étaient jeunes, que grand-papa Roger et grand-maman Jeannine passent prendre les enfants à Richelieu, en véhicule récréatif. Les parents suivaient derrière. Nous arrêtions dîner aux Promenades Drummondville, poursuivions la route jusque chez grand-papa Ben et grand-maman Rollande, sur la rue du Château à Ste-Foy. Les enfants dormaient dans le VR, nous dormions au sous-sol. Le lendemain, nous prenions la route vers l’Ile du Prince-Édouard. Au retour, deux ou trois semaines plus tard, nous soupions au Ashton à St-Nicholas et appelions grand-maman Rollande pour lui donner des nouvelles. C’est bien connu, les mères veulent des nouvelles de leurs rejetons, alors que les pères coupent le cordon et s’en mordent les doigts en silence…

Cette année donc, le séjour prend une tournure spéciale. Maman est décédée il y a un an. Point d’arrêt à Québec à l’aller. Le Ashton au retour ? Tout à fait. Mathieu, notre plus vieux, occupe un emploi d’animateur au camp de jour de la ville de St-Césaire. Il ne peut donc prendre de vacances avec nous. Et en août, il emménage à Sherbrooke, où il amorcera l’université cet automne. Ouf !

Nathalie a noté, dans les derniers jours, le désarroi qui m’a peu à peu envahi. J’en ai même oublié, hier matin, le NIP de ma carte de crédit. Résultat ? Elle est gelée pendant 24 heures …

D’une part, je me sens coupable « d’abandonner » mon équipe de maitrise pendant une vingtaine de jours, à dix semaines de nos présentations en France et en Belgique. D’autre part, je n’arrive pas à gérer les émotions liées à l’anniversaire du décès de maman, il y a un an. Et la culpabilité de ne pas avoir été là pour ses derniers instants. J’éprouve le sentiment d’avoir abandonné ma blonde, partie d’urgence à Québec, alors que je maintenais mon engagement d’enseignant en allant visiter avec mes étudiants la salle où ils organisaient, quelques jours plus tard, l’événement couronnant leur parcours académique de quatorze semaines. Il faut dire que l’hospitalisation de maman n’annonçait pas toute la gravité de ce qui allait se produire quelques heures plus tard …

Aujourd’hui donc, je prends la route, en direction est. Dans 1 200 kilomètres, la petite ville de Souris, à l’Ile-du-Prince-Édouard, nous attend. Dans la nuit de vendredi à samedi, nous monterons à bord du Madeleine.

Au cours des deux prochaines semaines, je vivrai au rythme de la mer. En me laissant bercer, dans le jour, par les souvenirs d’enfance. Et le soir venu, je regarderai les milliards d’étoiles au firmament, afin de rêver à ce futur que je suis en train de créer.

De retour en ligne en août.

9 juillet 2015

Écrire pour soi

J’ai publié, hier, un rare billet. Je récidive aujourd’hui. Dans les derniers mois, j’ai plongé une fois de plus dans la grisaille. La vie vient de m’envoyer plusieurs messages forts à propos et je ressens le besoin de laisser courir mes doigts sur le clavier.

Ce matin, Suzie Pelletier a partagé sur Facebook un lien provenant du site L’Express.fr. Les cinq premiers conseils de l’article, intitulé Les 20 conseils d’écritures par Stephen King, traitent de l’état d’esprit de l’écrivain :


Au cœur des nuages gris, j’ai oublié qu’écrire me rendait heureux. Stephen King a tout à fait raison lorsqu’il dit qu’il écrit « pour la simple joie de la chose ». Rien ne m’oblige à écrire sur ce blogue. En fait, je l’écris d’abord pour moi. Parce que j’aime me raconter des histoires. Et m’en faire raconter. Je prends plaisir à plonger dans mes écrits du passé. J’y constate avec joie mon évolution.

Parfois, la confiance qui m’habite disparait. La peur s’empare de mon être, je commence à me préoccuper des qu’en-dira-t-on, j’oublie de laisser aller mes pensées sans filtre. Et je me perds. En me sabotant au passage.

Une autre amie, Johanne Grenier, l’une des premières à se procurer Le journal d’un passionné – à Paris ! - a partagé, toujours sur Facebook, une image du conférencier Franck Nicolas.


Je me trouve à ce moment de la vie où je découvre ce qui est important et ce qui ne l’est pas. J’en ai vécu, des hauts et des bas, pour y parvenir. Aujourd’hui, je me concentre sur une chose à la fois. Mon ancienne patronne, Yolande Ratelle, avait raison : « tu en fais trop Christian. Tu es partout. Ralentis. » À l’époque, je ne l’avais pas écouté, rejetant d’un revers de la tête son conseil.

Les gens ne semblent pas comprendre pourquoi le super actif qu’ils connaissent se consacre juste à terminer son programme de maitrise. Pourquoi il ne court pas après les mandats, pourquoi il n’effectue pas de promotion pour donner des conférences dans les écoles secondaires et les bibliothèques municipales. Pourquoi, pourquoi ? Je répondrai comme un enfant : parce que.

En me rendant sur la page de Franck Nicolas, j’ai découvert cette autre citation, de Henry David Thoreau :


Voilà la réponse.

Au plus profond de mon être, je savais que ma mission de vie consistait à inspirer les autres, par le biais de l’écriture et de l’enseignement. Et qu’ai-je plutôt fait, en raison de mon manque de confiance ? Je me suis lancé à fonds dans le boulot, m’épuisant à plusieurs reprises.

Ne vous méprenez pas. Dans chacune de mes expériences de travail, j’ai rencontré des gens fascinants qui m’ont permis de cheminer. J’apprends à la dure, en expérimentant.

Je sais, maintenant, que ma passion réside dans la découverte des gens et des lieux qui font l’histoire. Je sais, qu’une fois complétée cette maitrise, la vie m’enverra des occasions formidables qui me permettront de poursuivre dans la direction de mes rêves.

Et je pourrai alors dire, comme le fais déjà, que je mène l’existence que j’ai imaginé et que je jouis d’une réussite – selon mes critères – hors du commun.

8 juillet 2015

Famille. Foi. Labeur.

Telle est la devise des Fortin d’Amérique. Le weekend dernier, j’ai participé, à titre de maitre de cérémonie, au rassemblement 2015 de l’Association des Fortin d’Amérique. Ce fut un weekend chargé de souvenirs et porteur d’avenir.

Souvenirs parce qu’il y a un an, au rassemblement 2014 des Fortin à Gatineau, je vendais mes premiers livres, à peine sortis des presses. La veille, après avoir pris possession de 500 exemplaires du Journal d’un passionné à Louiseville, j’allais en livrer un à ma mère, à Québec. Et le dimanche, je m’envolais pour une semaine à Paris, avec Nathalie.

Chargé de souvenirs parce que je revoyais mon oncle André, l’un des jeunes frères de papa et fondateur de l’Association des Fortin d’Amérique. Parce que Thérèse, Constance et Florence, sœurs de papa, y étaient. Et que ma tante Yvette s’y trouvait aussi. De nombreuses cousines et un cousin accompagnaient leurs parents. Mes grandes cousines m’ont servi ce que je nomme avec un sourire leur gentil électrochoc. « Que fais-tu Christian ? On s’ennuie de tes mots et de tes observations de la vie ! ». D’où ce billet aujourd’hui.

Samedi, en fin de journée, l’Association dévoilait un monument en l’honneur de Julien Fortin et Geneviève Gamache, le couple de qui descend plus de 90% des Fortin d’Amérique. Pendant une trentaine de minutes, en tant que maître de cérémonie, je me suis retrouvé à l’avant-plan d’un moment historique qui réunissait plus de 120 personnes.




Alors que nous attendions les participants, face au 765 chemin du Cap-Tourmente, à St-Joachim, j’ai su pourquoi les montagnes, l’eau et la découverte du monde occupaient une place si importante dans ma vie. La terre de notre ancêtre est au pied des montagnes. Et, face à sa maison, le majestueux fleuve Saint-Laurent coule vers l’océan.

Porteur d’avenir parce lors de l’assemblée générale annuelle de l’association, j’ai été élu administrateur, pour un mandat de deux ans. Décider ainsi de m’investir dans une nouvelle cause qui me tient à cœur signifie que mon retour à la santé se confirme.

Dans huit jours, nous prenons la route des Iles-de-la-Madeleine. Pour la première fois depuis que nous y allons, il n’y aura pas d’arrêt préalable à Québec, sur la rue du Château. Maman se trouve, depuis le 18 juillet 2014, aux bras de son amoureux. Un an déjà. J’avais raconté son départ ici. Le 18 juillet, nous nous installons pour deux semaines sur le Chemin de l’éveil, à Fatima.

Un nom prédestiné qui signifie que je reprends bientôt mon bâton de pèlerin afin de poursuivre ma mission de vie, qui consiste à connecter et inspirer les gens.

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...