Translate my blog

17 janvier 2014

Au pied de la montagne, la trouille au ventre

L’an 14 débute, débordant de promesses. Dans dix-huit jours, je m’envole vers la Russie. En décembre, après onze années de service, je quittais la CIGM. Destination démarrage de mon entreprise. Je fais face au plus grand défi de ma vie professionnelle. Partir d’une page blanche.

Trouver un nom, définir mon ADN, ma mission, mes valeurs. Créer une image corporative. Monter l’offre de service, établir mon taux horaire. Partir à la chasse aux clients. Je viens de franchir l’étape de l’enregistrement du nom d’entreprise et de l’obtention des numéros de taxes. Je ferai affaires sous le nom Page blanche conseil. Je possède les noms de domaine .ca, .com et .fr. Parce que le monde, de par ma dualité de québécois aux racines françaises et son enracinement nord-américain, m’ouvre ses portes.

Il y a plusieurs mois, ces étapes de trouver un nom, de l’enregistrer et d’ensuite obtenir des numéros de taxes me semblaient insurmontables. J’avais oublié que gravir une montagne, si petite soit-elle, se fait en posant un pied devant. Puis un autre. À son rythme.

Pourquoi Page blanche conseil ? Parce que dans la vie, tout débute par une idée exprimée par un humain, à un autre humain. On sort une feuille et en écrivant dessus, la magie de l’encre s’imprégnant dans le papier opère. D’une feuille blanche naîtra un événement mémorable, une communication sincère, humaine, ou encore une formation dont les participants tireront profit.

Pour quelle autre raison ? Parce qu’en général, lorsque nous faisons face à l’inconnu, à la nouveauté, nous figeons. Votre patron vous fait venir dans son bureau. « Tu m’organiserais tel événement ? ». Vous dites oui, retournez à votre poste. Et la panique s’installe. « Quoi? J’ai jamais fait ça moi? ». La page blanche paralyse, tue les élans créateurs.

La page blanche, c’est aussi avoir peur de raconter une histoire. Ou de commenter un texte que l’on vient de lire. Combien d’entre vous, en lisant un article, un billet sur un blogue, avez eu l’idée de commenter ? Le curseur clignotant sur la page vous a nargué n’est-ce pas ? Vous êtes passé à autre chose.

Des événements. Des histoires à raconter. Ma vie professionnelle lie le marketing, la communication interne, l’événementiel et le service. L’apprentissage et le développement des compétences me touchent au plus haut point. Au centre de tout cela, l’humain. Je suis un créateur de liens. Un créateur de sens. Je suis habité par l’esprit de communauté. Pour moi, le succès consiste à partager et collaborer.

En ce 17 janvier 2014, je me trouve au pied de la montagne. Elle est là, devant mes yeux, enneigée au sommet, belle à en pleurer. J’ai la chienne. Le défi est-il réalisable ? Un pas à la fois. Souviens-toi de cela, un pas à la fois.

Dans les prochains mois, à mon retour de Sochi, je partagerai le processus de création de mon entreprise. Ne vous gênez-pas pour commenter. Montrez au curseur qui est le patron !

1 commentaire:

  1. Mosuss de curseur clignotant!!!
    Félicitations pour ton courage à aller de l'avant; afin de te respecter dans ce que tu ressens être le chemin que tu dois prendre pour te réaliser! Encore une fois, tu es un modèle inspirant.
    Bonne chance et j'ai déjà hâte de lire la suite!

    RépondreSupprimer

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...