Translate my blog

31 octobre 2010

Une soirée bénéfice réussie!

En juin dernier, j’ai accepté de m’impliquer dans le comité organisateur de la Soirée du Courage au profit de Procure. J’en avais traité ici. Ce qui n’était qu’une idée dans la tête de Gaspard Fauteux, puis des soumissions de fournisseurs est devenu réalité mardi soir dernier. Aujourd’hui, la vie me lance un immense sentiment d’accomplissement et la confirmation une fois de plus que je suis dans ma voie : l’événementiel. Mon rôle sur l’événement? J’ai le déroulement à la minute, coordonne la régie et suis en lien avec le maître d’hôtel du Hyatt pour le service.

Lundi 25 octobre, 21 h 20. Installé à la table de la salle à manger. Les enfants dorment. Je peaufine les présentations PowerPoint pour la Soirée du Courage. « Meeerde! Je n’y arriverai jamais! J’en ai pour la nuit! » 23 h 45. Une diapositive à la fois. Une minute à la fois dans le déroulement détaillé. J’avance peu à peu, envahi par l’énergie et l’adrénaline de l’immuable échéancier. Pendant toute la nuit, je valide avec Gaspard, qui travaille chez lui. À 3 h 55, je ferme boutique. J’enclenche mon cerveau sur mon prochain objectif : une conférence du regroupement régional Centre de la CIGM à Outremont. Je dors deux heures, prends la route à 6 h 45 et accueille les 60 participants à la salle du Midtown – Le Sanctuaire. Un succès.

Je reviens à la maison en début d’après-midi. Je savoure quelques instants cette chaleur soudaine que dame nature nous envoie, m’offre une sieste de 30 minutes pour recharger les batteries puis complète la dixième et dernière présentation de la soirée. J’effectue des modifications au déroulement. À 15 h 30, je commence l’impression des copies. Qu’est-ce qui se produit alors? Eh oui! L’imprimante décide qu’il manque d’encre noire. Remplace la cartouche.

Ma bonne étoile veille sur moi. J’arrive à joindre le Hyatt en moins de 30 minutes. Êtes-vous déjà allé au Complexe Desjardins? C’est grand, lumineux, on ne s’y sent pas enfermé. La signalisation installée par Monique et son équipe guidera les invités à bon port.

J’entre dans la salle et découvre l’effervescence des dernières heures avant l’arrivé le décompte final. J’installe mon laptop dans la régie. L’équipe technique termine l’installation audiovisuelle, ajuste les projecteurs qui éclairent la scène, teste le son, les écrans. Les serveurs s’engueulent en espagnol pendant la mise en place. Vous entreriez dans la salle à ce moment et vous penseriez fort probablement : « Oh mon doux! 16 h 50. Ce n’est PAS terminé? Vous ne serez jamais prêt! » Je suis habité par le stress et en même temps, par un grand calme. Paradoxal n’est-ce pas? À seize ans, je travaillais dans un hôtel et vivais mes premiers banquets de l’intérieur. Mon corps sait, avec ses vingt-six années d’expérience, qu’au moment J, tout sera prêt. J’ai une entière confiance envers chacune des parties impliquées dans la soirée.

Briefing avec Jenny, la jeune maître d’hôtel, puis révision du déroulement avec les techniciens. De l’autre côté du mur, le cocktail est en cour. Les caméras de télé attendent Jack Layton. Les membres du comité organisateur sont sur le qui-vive.

Connaissez-vous la Loi de Murphy? Celle qui dit que si quelque chose peut mal tourner, alors cette chose finira infailliblement par mal tourner? Elle nous tombe dessus en début de soirée. Nous débutons à 19 h 41. Le système de son, parfait jusque-là, fait des siennes. Les techniciens travaillent fort pour résoudre le problème. Seule cause possible : Jean Pagé, l’animateur de la soirée, a une voix qui porte et se tient trop près du micro. Nous l’avisons de se reculer pour les autres interventions. Problème réglé. Un peu plus tard, le projecteur multimédia central lâche!

Vers 20 h 30, tout rentre dans l’ordre et le reste de la soirée se déroulera sans anicroche. Les premiers instants d’un événement, peu importe le degré de planification, s’avèrent toujours cacophoniques, semblent désastreux. Un peu comme le moteur de tondeuse qui tousse et crache de la fumée au démarrage. À un certain moment, nous accusions un retard de 24 minutes sur le scénario. Le rattrapage s’est fait en douceur et l’événement a pris fin à 22 h 50, avec dix minutes d’avance! Une soirée réussie qui permet de remettre plus de 85,000$ à Procure!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...