Translate my blog

30 septembre 2010

Les blues de la réussite

Il y a deux semaines, Nathalie m’a transféré le bulletin électronique du Groupe Cohésion coaching, intitulé Le visionnaire audacieux. Un article, écrit par Sophie Tremblay, présidente de l’entreprise, y traite du blues de la réussite.

Cet article met des mots sur cet immense vide que j’ai ressenti au printemps. Une fois de plus, j’ai la preuve que la vie nous envoie toujours des messages pour nous guider. Le hic, c’est d’être à l’écoute pour les capter! L’introduction va ainsi:

« Les blues de la réussite se manifestent suite à une période intense d’efforts pour atteindre un objectif - ou un rêve - qui alliait désir et signification dans votre univers personnel…

Les symptômes qui s’y rattachent sont : un sentiment de vide, un manque de motivation (encore plus évident si vous êtes naturellement motivé), un désintéressement général, de la fatigue ou encore une légère confusion. Mes clients les plus performants sont les plus déboussolés. Ils ne saisissent pas pourquoi, eux habituellement si naturellement motivés, ne le sont plus. »

En 2008-2009, j’ai poursuivi de front deux rêves : apprendre à piloter et participer aux Jeux de Vancouver en tant que bénévole. J’ai maintenu l’intensité à un niveau très élevé pendant toute cette période. Une fois l’euphorie du retour passée, j’ai ressenti un désintéressement général et un manque de motivation. Durant plusieurs semaines en mai-juin, j’ai éprouvé des problèmes avec mes genoux, ce qui signifie selon certains un manque de flexibilité face à une situation que la vie nous envoie. Mme Tremblay poursuit ainsi son article :

« La bonne nouvelle est que les « blues de la réussite » sont un phénomène temporaire. La mauvaise nouvelle est que plus vous résistez au cycle plus il persiste. Du moment que vous acceptez et épousez l’expérience, le rythme des blues saura renouveler votre sagesse et votre perspective. »

Son explication a du sens. Pourtant, j’ai longtemps résisté. Je me disais « voyons donc, ressaisis-toi, tu es capable! Tu inspires les autres, inspire-toi! ». À la fin juin, j’ai décidé de lâcher prise, de ne plus avoir aucune autre préoccupation que celle d’observer la nature, de m’ancrer les deux pieds solidement dans la terre, moi le taureau. Comme par magie, les maux de genoux se sont envolés…
Sophie Tremblay offre ensuite quelques idées pour passer au travers de cette période difficile et repartir. Je vous les partage, car j’ai vécu chacune d’elles dans les derniers mois.

Savourer et contempler
Laissez-vous aller à la contemplation. Si comme bien des clients votre projet était initialement ambitieux ou difficile à imaginer achevé, appréciez le brin de folie qui vous a propulsé vers l’aventure, et surtout savourez la personne que vous êtes devenue…

…Aux Iles-de-la-Madeleine, j’ai relu tous mes écrits reliés aux Jeux. Plus de 40 000 mots, 75 pages à simple interligne. Certains petits bijoux qui laissent des traces de sel sur mes joues.

Refaire ses forces
Permettez à votre corps et à votre esprit de prendre un repos bien mérité. Que ce soit par le biais du sommeil, du sport, des amis ou du plaisir, mettez l'accent sur vos besoins. Les périodes intenses de réalisation nous poussent souvent à puiser dans nos réserves et à produire une forte dose de concentration soutenue…

…Dormir plus de 10 heures par jour pendant ces trois merveilleuses semaines de vacances aux Iles.

Ne pas forcer sa motivation
Pour les gens portés vers l’action cette suggestion est la plus difficile, car elle va à contre-courant de leur tempérament. Une personne m’a déjà demandé quelles actions elle pouvait mettre de l’avant pour redevenir motivée. Le meilleur allié de la motivation est l’inspiration. Faire le plein d’inspiration renouvelle les idées et les possibilités. Sur le terrain, j'observe que quand quelqu'un force la note pour retrouver sa motivation, il se trouve des objectifs qui satisfont surtout la tête et l’ego. Mais nous recherchons surtout la motivation issue du cœur, celle qui alimente avec aisance la passion et l’engagement à long terme.

… Me laisser porter par mes émotions, faire le plein de lectures, d’observation des gens, des lieux et des histoires qu’ils portent.

Se réinventer
La beauté des « blues de la réussite », c'est qu'ils procurent l'occasion de faire le vide pour faire le plein. En épousant le rythme de cette phase vous avez la chance d’ouvrir des perspectives inattendues et même de vous surprendre. Ici, la fin et le début se rejoignent, les possibilités se côtoient, les préférences émergent lorsqu’elles sont prêtes. Et si vous prenez le temps de savourer l’essence du moment vous constaterez également qu’il n’y a pas de terrain plus fertile pour sortir des sentiers battus et vous réinventer. Car c’est la croisée des chemins entre la conclusion et la préface de l’histoire.

Je sens que je suis à la croisée des chemins. J’ai besoin de remonter en avion, question de m’élever au-dessus du tumulte quotidien. Je sens que le chemin des vingt prochaines années cogne à ma porte. Le brouillard se dissipe peu à peu, m’ouvrant de nouvelles portes. À moi d’écouter et de saisir les opportunités.

Merci Nathalie d'avoir partagé ce bulletin électronique!

1 commentaire:

  1. Bravo Christian!

    J'aime toujours lire tes billets, il parlent beaucoup !

    RépondreSupprimer

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...