Translate my blog

2 janvier 2013

Passer une partie de la nuit dehors

Tout le monde connait l’expression : « avoir une foi qui déplace les montagnes ». Notre plus jeune, Félix, a eu raison de sa mère et de son père. Sans le savoir, il vient d’apprendre ce que veut dire cette expression. 

J’aurais fort probablement envoyé promener, avec, qui sait, selon son degré d’insistance, un verre de bière en fût en plein visage la personne qui m’aurait dit, il y a 25 ans, qu’un jour je passerais la soirée du Nouvel An dehors à arroser une patinoire naissante, par moins 15 degrés celcius et sans aucune goutte d’alcool dans le sang… « Never say never ». Félix la connait celle-là aussi.

À notre arrivée à la maison en fin de soirée, après un aller-retour à Québec pour célébrer le Nouvel An avec mes parents, le plus jeune de la famille a jeté un coup d’œil au thermomètre : -15. Petit « yes! » bien senti, séance d’habillage en couches de vêtements et hop! à l’extérieur, afin de retirer la neige accumulée aujourd’hui en compagnie de Nathalie. Grands-papas Ben et Roger lui ont dit qu’à partir de moins douze, en arrosant en jet fin, l’eau se transformait rapidement en glace.

Félix m’a observé un moment puis il est entré afin de se coucher. Le papa taureau, qui prend tant de temps à se décider, a continué, continué et continué encore. Pendant des heures. Ce qui, au départ, s’avérait une tâche ennuyante, s’est transformé en jeu. Tour à tour, je me suis pris pour un pompier déplaçant les boyaux lors d’un incendie, pour un peintre utilisant un fusil pour recouvrir les surfaces, pour un jardinier arrosant les semences dans son champ fraîchement semé. J’ai ensuite plongé dans les souvenirs.

Je me suis souvenu que jadis, mon papa passait des heures à creuser des tunnels dans la neige, à ma demande. Après 20 minutes, je trouvais ça platte et je passais à autre chose. Il continuait malgré tout. Je découvrais par la suite tous les petits racoins qu’il avait créés juste pour moi et ma sœur Véro. Nous pouvions alors jouer et améliorer nos maisons de neige. J’ai ainsi appris la persévérance.

La leçon magistrale que j’ai aussi retenue en observant mon père au fil des années, c’est de donner au suivant. Cette nuit, en m’amusant dehors par une froide nuit d’hiver québécois, je me suis pris à lancer aux étoiles le rêve suivant : observer mon fils Félix arroser une patinoire pour ses enfants, dans plusieurs décennies. La boucle sera ainsi bouclée et le cycle repartira, alors que les enfants de Félix arroseront à leur tout une patinoire...

3 commentaires:

  1. Beau partage familial et belle morale, Christian.

    Tous mes meilleurs voeux pour toi, ta famille et ce beaux Québec que j'aime tant.

    Franck

    RépondreSupprimer
  2. Merci Franck! Tous mes meilleurs voeux pour toi et ta famille.

    Je te souhaite plusieurs beaux vols en 2013! Merci de nous faire découvrir le ciel de France.

    En juillet dernier, j'ai passé 1 semaine à Lyon, avec ma blonde et les enfants. Magnifique ville, à la hauteur de mes attentes. Nous avons même effectué une visite éclair à Chamonix. WOW! Ça c'est des montagnes!

    Christian

    RépondreSupprimer
  3. Oui, je me rappelle. Quel dommage que l'on ait pu se rencontrer. J'espère qu'il y aura d'autres occasions.

    Je suis heureux que ma belle région t'ai plu.

    Bons vols également.

    Franck

    RépondreSupprimer

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...