Translate my blog

11 octobre 2014

Maman, dis-moi, que pensent les gens de mon livre, au paradis ?

Il y a un peu plus de trois mois, le vendredi 4 juillet, la responsable de l’expédition à l’Imprimerie Marquis Gagné à Louiseville me remettait 300 exemplaires du « Journal d’un passionné ». Écoutant mon intuition, je prenais aussitôt la route de Québec pour aller offrir à ma mère le premier exemplaire. Qu’elle m’a d’ailleurs payé, refusant le cadeau. « Tu as travaillé assez fort pour réaliser ce rêve, il vaut 25$, voici l’argent. » Ce fut ma dernière rencontre avec elle. Deux semaines plus tard, elle décédait.

Où en suis-je rendu ? Je ne sais pas. Pourtant, le notaire de mes parents semble le savoir, lui. Sur la procuration m’autorisant à agir en tant que liquidateur testamentaire au nom de Véronique, il a inscrit auteur. Alors dites-moi, pourquoi suis-je toujours si loin de mon carnet Moleskine noir et du MacBook Air et ? Est-il normal de ne plus avoir le goût d’écrire ?

Jeudi matin, j’ai été livrer trois exemplaires à des collègues de la CIGM. J’y ai croisé des courtiers immobiliers que je connais bien. Dans leurs yeux, j’ai vu la flamme qui brillait à l’écoute de mon étonnant parcours de vie, fait de hauts et de bas. Nathalie, à la réception, me disait que mon histoire l’avait beaucoup touchée. Elle a eu la gentillesse de me donner les coordonnées de la directrice de l’école secondaire de sa fille. Parce qu’à la suite d’auteur, je veux ajouter conférencier.

Ils en pensent quoi, au paradis, de mon livre ? Maman, je rédige ce billet dans la salle-à-manger. À gauche, sur le buffet, trône le voilier en bois qui était chez Yvonne et Ben. À gauche, le fauteuil qui était dans la chambre de Cécile devenue salle de lecture, rue Colonel Jones. Devant, une boîte métallique sur laquelle il y a un pêcheur. Ce dernier me fait penser à la Gaspésie et à Ovina. Je fais appel à vous, parents et amis disparus. Envoyez des ondes positives aux quatre coins du Québec. Faites rayonner mes écrits. Éclairez-moi de votre lumière, j’en ai besoin cet automne.


Mercredi, ma belle-sœur Andrée, qui travaille à la bibliothèque municipale de La Prairie, m’a montré l’exemplaire tout neuf du Journal d’un passionné, prêt à se retrouver dans les chaumières de cette ville située près du fleuve, en face de Montréal. Je l’ai dédicacée pour les lectrices et lecteurs. Le printemps prochain, j’y serai conférencier invité.


Jeudi, à la Grande Bibliothèque, à Montréal, j’ai vu où mon livre reposerait. Il sera au 3e niveau, celui qui contient les livres d’histoire, de sciences humaines et sociales. Classé comme biographie dans la section cinéma, scène et sports. Pour le moment, il est dans la section Nouveautés. Il est prêté et même déjà réservé par un second lecteur.

Pour moi, l’enfant des livres qui a vécu toute sa vie à leur contact, la concrétisation du rêve c’est cela. Me retrouver sur un rayon de bibliothèque, silencieux, à observer les gens passer devant moi. Et tenter, par tous les moyens, d’attirer leur attention sur ma petite voix intérieure.

Amies lectrices, amis lecteurs, j’ai aussi besoin de votre aide. Achetez votre exemplaire. Faites-le acheter à votre bibliothèque municipale ou à celle de l’école secondaire de votre localité, afin que les jeunes puissent y avoir accès.

Maman, papa c’est le weekend de l’Action de grâce. Je vous remercie de m’avoir donné le goût de la lecture, ainsi que la résilience face aux coups durs de la vie. Depuis que j’ai compris que j’avais tout avantage à ouvrir mon jardin intérieur aux autres, je me porte mieux.

Merci la vie de me rappeler combien tu es belle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...