Translate my blog

25 mai 2011

Une chaîne de hasards… mais en est-ce vraiment?

Nous y voilà, à Saint-Denis de la Réunion. À 14 651 km de la maison, selon Google Maps. Dans l’océan Indien, à 800 km à l’est de Madagascar. Je regarde la carte et le vertige me prend. Au nord-est, l’Inde. À l’est, l’Australie. À l’ouest, l’Afrique. La Réunion porte bien son nom, car elle est une réunion de peuples de toutes ces régions. Des Africains, des Indiens, des Indonésiens, des Chinois, des Européens et des Malgaches. Des humains de partout qui parlent le français et le créole. Ce soir, le jeune qui nous a servi une crème glacée nous a posé une question : « D’où l’accent? » « Du Québec ». Et la machine à questions de Christian de s’emballer. Histoire d’une rencontre qui semble le fruit du hasard et qui ne l’est peut-être pas du tout!

« Ah le Québec! Je connais bien. J’y reviens tout juste. » « Quoi? Tu reviens du Québec? Tu y faisais quoi? » « J’ai étudié la plasturgie à Thetford Mines… J’aimerais bien y retourner pour travailler. » Hein? Un Réunionnais à Thetford? Je n’en crois pas mes oreilles. En revenant à l’hôtel, j’ouvre le laptop, me connecte sur le WiFi de l’hôtel, ouvre Google et tape : « plasturgie Thetford Mines ». En visitant le site du Cégep, les mots étudiants internationaux m’interpellent. Quelle n’est pas ma surprise de constater que ceux-ci s’y retrouvent : Réunion – France. Une section du site est dédiée aux jeunes Réunionnais! Je savais que le Cégep de Saint-Jean a développé une expertise avec le Gabon, mais je ne pensais pas que d’autres avaient fait de même.
De fil en aiguille, je découvre le site Cégep international, qui s’adresse aux étudiants étrangers désirant venir étudier au Québec. En page d’accueil, il est clairement inscrit Île-de-la-Réunion... Débile! Et le hasard là-dedans?

Aujourd’hui, lorsque Nathalie est allée chercher son kit de congressiste, l’étudiante qui lui a parlé a reconnu l’accent québécois. Son frère étudie à l’UQAM, au grand désespoir de sa mère qui trouve que c’est loin (14 000 kilomètres, 20 heures d’avion…). Alors, dites-moi. Est-ce un hasard d’avoir rencontré la même journée deux jeunes qui sont liés avec le Québec? Je ne pense pas. J’ai toujours cru que tous les êtres humains étaient interconnectés. Qu’en faisant confiance à mon intuition, la vie me mettrait en contact avec les réponses que je cherche. Il est tout à fait vrai que dans la vie effrénée que je mène, l’écoute de l’intuition prend le bord la plupart du temps.

En marchant seul dans les rues de Saint-Denis cet après-midi, je m’y suis fié à mon intuition. Mon corps et mes sens m’indiquaient où aller. Je leur ai fait confiance. Au fil de mes pas, mon futur se clarifiait. Enseigner, être en contact avec de jeunes adultes en devenir, pour qui toutes les possibilités existent encore. Passer le message que c’est en s’ouvrant aux autres et en s’intéressant sincèrement à eux que l’on grandit. Raconter que le voyage au loin de ses repères permet de se découvrir. Je me souviens de ce prof du Cégep qui partait tous les étés et nous racontait ses aventures à son retour. Elle est là, ma vie future. Enseigner, voyager, rencontrer des gens, m’imprégner des lieux, écrire, raconter et refaire le cycle. J’ai 43 ans. Il m’en reste un bon 40 encore à vivre. Je suis en santé, maintiens la machine en très bonne forme physique. Alors pourquoi pas?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...