Translate my blog

25 avril 2016

Vingt-cinq années en couple, ça se fête !

Le samedi 24 avril 1993, Nathalie et moi avions séjourné au Château Frontenac. L’hôtel le plus photographié du monde, qui appartenait alors au Canadien Pacifique, fêtait ses premiers 100 ans. Je voulais célébrer en grand mes 25 ans et le début de nos carrières professionnelles.

Sur un coup de tête, nous avions saisi le papier entête et avions fait comme dans les films : nous nous sommes écrit chacun une lettre, qui serait à ouvrir le 26 mai 2015, dans une suite du Château. Pourquoi cette date ? Parce qu’elle marquerait le 25e anniversaire de notre amour, qui a pris naissance au Château d’Amos en mai 1990, lors d’un congrès AIESEC.


Les années passèrent et les enveloppes demeurèrent scellées. 2015 se déroula sous le signe de la recherche-action en équipe que je menais dans le cadre de la maitrise en gestion de la formation. Le Château ne nous vit donc pas dans l’une de ses suites.

Il y a deux semaines, j’ai consulté toute la famille (concilier cinq horaires s’avère tout un exercice !) et j’ai réservé un studio double pour le samedi 23 avril. Nous pourrions enfin lire les messages que ces deux objets ayant voyagé dans le temps nous réservaient.

Une idée folle a germé peu à peu dans mon esprit. Après plusieurs jours de tergiversations, les doigts ont pianoté sur le clavier du MacBook Air et j’ai envoyé, sans avoir trop d'attentes, un courriel au directeur général du Château, lui expliquant ce que vous lisez en ce moment.

Le lendemain matin, je recevais une réponse :
« Bon matin M. Fortin, Tout d’abord, au nom de M. Mercure et de toute l’équipe du Fairmont Le Château Frontenac, je vous remercie d’avoir pris le temps de nous écrire pour nous faire part de votre séjour plus que spécial ! C’est avec joie et émotion que je ferai tout en mon pouvoir pour transformer votre séjour en souvenir inoubliable ! »
Nathalie et les enfants m’ont regardé avec un drôle d’air lorsque je leur ai annoncé que j’avais écrit au DG du Château : « yé capoté mon chum / notre père ! Écrire au DG ! Ben voyons donc. Pour quoi faire ? » « Vous verrez, vous verrez » fut ma réponse de gars qui rêve toujours tout haut.

Samedi. 15 h 25. Nous effectuons notre entrée. Je me présente au comptoir. Le préposé à l’accueil, fort gentil, me remet les clés magnétiques. « Vos chambres sont au deuxième étage. Les ascenseurs se trouvent à votre droite. » Une petite lumière s’allume dans mon esprit. Les chambres ? J’ai réservé un studio double… Je garde la surprise pour moi. Alors que nous attendons l’ascenseur, une jeune voix m’interpelle : « M. Fortin ? Bienvenue au Château. Désolé de vous avoir manqué à la réception. Je vais vous montrer votre suite. Je suis très heureuse de vous recevoir ! » Nathalie et Félix me regardent avec des grands yeux qui disent : « Une suite ? Elle a dit une suite ? »

Chambre 2259. « Celle-ci sera pour les enfants. » Chambre 2261. « La suite Charlie Chaplin sera pour vous. Entrez, j’ai une surprise ! ».

Julie, émue, nous fait passer à l’intérieur. Une bouteille de champagne sur la glace, cinq flutes et des macarons nous attendent, sur la table dans le salon de la suite. Nous sommes ses derniers clients au Château, après treize années de service. Elle relèvera de nouveaux défis au Fairmont Manoir Richelieu. Nul besoin d’ajouter que quelques larmes furent versées.



J’ai ouvert la bouteille, en ai servi à chacun et nous avons trinqué à la santé de notre belle famille. J’ai sorti les lettres de mon sac, les ai ouvertes avec un canif suisse. Puis, Nath et moi avons plongé dans ces missives qui avaient voyagé dans le temps…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...