Translate my blog

27 octobre 2015

Vivre dans le présent.

L’une des meilleures décisions que j’ai prise dans ma vie, en 2014, consiste à me concentrer sur une seule chose à la fois. Il m’en aura fallu, des épreuves, pour comprendre que Christian-la-pieuvre aux dizaines de bras répétait toujours les mêmes erreurs. Toujours plus, encore plus. Ne jamais dire non. Saisir TOUTES les occasions de performer encore et encore. Pour apprendre. Afin de tester mes limites je suppose. J’aurai mis à peine vingt-huit années à comprendre… Christian-la-pieuvre qui s’épuise à courir après des dizaines de projets en simultané n’est plus.

Une chose à la fois.

La méditation (merci Headspace !) m’a appris à vivre dans le présent. À libérer mon esprit du passé. À le libérer de ce qui risque d’arriver dans une semaine, deux mois, trois ans, quatre décennies.

À vivre ainsi dans le moment présent, une chose à la fois, j’en oublie de visiter ce blogue qui a joué, et jouera encore, un rôle important dans ce que je suis devenu depuis sa mise en ligne en novembre 2009.

Au retour des vacances estivales aux Iles-de-la-Madeleine, j’ai mis les bouchées doubles afin de rattraper mes équipières de la maitrise, qui, durant mon absence, ont poursuivi la rédaction des travaux à remettre à la fin du mois d’août. L’aventure débutée en janvier verrait bientôt sa conclusion. Nathalie et les enfants ont dû vivre avec mon absence tous les weekends d’août et du début septembre.

Sans compter que la dynamique familiale se transforme en cet automne 2015.

Mathieu emménage dans un appartement à Sherbrooke, en compagnie de Pierre-Olivier , son coéquipier des Patriotes du Richelieu. Il fait son entrée à l’université en géomatique de l’environnement. Roselyne emménage chez une amie de Nathalie sur le Plateau Mont-Royal, suite à son entrée au Cégep de Maisonneuve.

Début septembre, je me serai donc consacré corps et âme au projet de recherche-action qui s’est conclu par une tournée de six présentations dans des universités et des associations professionnelles à Rouen, Lille, Bruxelles, Nanterre et Paris.

Avant de m’envoler, j’ai vécu les concerts de Metallica au Colisée Pepsi et au Centre Vidéotron de Québec. J’en ai profité pour visiter maman, papa, oncles et tante au cimetière Notre-Dame de Belmont. Un billet s’en vient d’ailleurs à ce propos.

Après les présentations du 28 septembre au 2 octobre, couronnées de succès, j’ai eu l’immense privilège de vivre des retrouvailles familiales dans une ferme plus que centenaire à Corrobert, une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. J’y ai retrouvé une ambiance qui me ramenait dans les fêtes familiales des Fortin. Oncles, tantes, cousins, cousines et leurs jeunes enfants, ces derniers dictant le rythme de la journée. J’ai visité l’Expo 2015 à Milan et, le 10 octobre, j’ai retrouvé avec joie la demeure familiale sur les rives du Richelieu. Depuis, je libère mon esprit en complétant les rénovations entreprises par Nathalie et Félix dans le sous-sol.

Dans trois jours, je retrouve pour la dernière fois mes collègues de la maitrise au campus Longueuil de l’Université de Sherbrooke. Un séminaire de trois heures pour nous préparer à la dernière étape qui me mènera à l’obtention de ce grade de second cycle dont je rêve depuis le milieu des années 90.

Le bilan intégrateur de cinquante pages conclura mon parcours et me permettra, en janvier 2016, de prendre un nouvel envol.

En me concentrant sur une chose à la fois, centré sur le moment présent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...