Translate my blog

30 mai 2015

Lorsque le doute s’installe

La vie fait bien les choses, quoi que certains en pensent. Je vous explique. Le weekend dernier, je devais participer au dernier Salon du livre de la saison 2014-2015. Dans une région à qui je dois l’amour. Une région plus grande que nature, là où les gens vous accueillent à bras ouverts.

Ma dernière visite en Abitibi remontait à l’automne 1995. À l’époque, j’étais représentant pour Aston, une division de Venmar Ventilation. J’anticipais donc avec joie mon retour dans la vallée de l’Or, surtout pour y revoir mon bon ami Marco Grenier, que j’avais connu à l’époque de l’AIESEC.

Le Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue (SLAT) se tenait au centre Air Creebec de Val d’Or. Je devais y dédicacer le Journal d’un passionné vendredi, samedi et dimanche. Dans la liste des auteurs présents au Salon, mon préfacier, Georges Brossard et celle qui a écrit sa vie, Barbara Kahle. J’anticipais ma rencontre avec eux, car j’avais participé au lancement de la biographie de Georges l’automne dernier, au Jardin botanique de Montréal.


Le jeudi, en fin de journée, j’ai pris la décision d’annuler ma participation au SLAT. Pourquoi ? Je voulais demeurer solidaire à mon équipe de maîtrise et participer activement à la rédaction du travail de recension des écrits. S’il y a une chose que j’ai appris dans la dernière année, c’est celle-ci : garder l’accent sur une seule chose (référence au livre fort intéressant The ONE Thing), pas mille, fait en sorte que le succès cognera à la porte. MA chose, celle à laquelle je travaille très fort depuis le début janvier, c’est le projet de recherche-action à l’Université de Sherbrooke, qui culminera du 28 septembre au 2 octobre avec des présentations à Paris et Bruxelles.


Pendant le weekend, je me suis donc concentré à sortir de ma zone de confort et rédiger un genre de texte que je ne rédige jamais. De temps à autre, je visitais Facebook pour vivre par procuration le SLAT, par le biais des photos et commentaires publiés par les auteurs des Éditions Véritas (la maison qui m’édite).

Sournoisement, le doute s’est installé dans mon esprit.

« Suis-je vraiment un auteur ? J’ai publié un livre. Vais-je en publier d’autres ? Est-ce que ma voie consiste à écrire et à prononcer des conférences dans les écoles ? »

« Que ferai-je, une fois ce diplôme de maitrise en poche ? Suis-je vraiment un enseignant ? Mettrai-je à profit toute cette nouvelle connaissance acquise depuis septembre 2012 ? »

Hier, la vie m’a envoyé un magnifique message d’espoir, sous la forme d’une enveloppe jaune rapportée de la poste par Félix. Elle provenait de Marie Brassard, ma coach d’écriture et éditrice.

Curieux, je l’ai aussitôt ouverte. À l’intérieur, j’y ai découvert trois choses. Un gentil mot de Marie, mon cordon d’identification d’auteur et… un marque-page portant un message de nul autre que Georges ! « Cher Christian, ne lâche surtout pas et bonne chance pour ta maitrise. Georges Brossard, mai 2015 »


Je constate, en observant mon parcours, que chaque fois que j’ai connu le doute, une personne s’est manifestée, m’encourageant à poursuivre le chemin malgré les embuches du moment.

Bien m’a toujours pris de suivre leur conseil fort judicieux.

Quand vous douterez, tendez la main. L’univers (ou votre bonne étoile, votre fée, votre dieu, whatever …) mettra en branle ses forces et la lumière se fera.

Merci Marie. Merci Georges.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...