Translate my blog

20 mars 2015

Un an depuis le cri du cœur

La vie voulait que j’arrête ma course et fait en sorte que je rate mon vol de 13 h 30 vers Toronto. Celui de 14 h 30 affiche complet. Assis à une table, je rédige donc ce billet qui me trotte en tête, ayant l’espoir de le publier avant l’embarquement, prévu à 15 h 10.

Il y a un an, je suis passé à un cheveu de fermer ce blogue et abandonner l’idée de publier un livre un jour. J’ai lancé un dernier cri à l’univers. L’appel a été entendu par l’écrivaine Suzie Pelletier, qui se trouvait alors au Salon du livre de Paris pour promouvoir sa série « Le pays de la terre perdue ». Elle m’a mis en contact avec son éditrice, Marie Brassard. Vous connaissez la suite : « Le journal d’un passionné de Jeux olympiques » voyait le jour trois mois plus tard.

Demain soir, après la réunion du conseil d’administration d’AIESEC Canada, je m’envole vers Paris. Je vais rejoindre Suzie et Marie au Salon du livre de Paris. L’enfant de Québec, passionné d’aviation, volera à bord d’un avion extraordinaire, le Boeing 787 Dreamliner. Un nom prédestiné. Le Dreamliner. Quels sont mes prochains rêves ? J'y réfléchis.

À l’atterrissage, dimanche matin, je marcherai vers la gare, monterai à bord du RER B à destination de Paris. À la station Luxembourg, je descendrai, marcherai 600 mètres afin de rejoindre mon hôtel. J’y laisserai ma valise et me rendrai ensuite à la Porte de Versailles.

Vers 13 h, je serai assis dans le stand A45, « Le journal d’un passionné » devant moi. Dire qu’il y a douze mois, je m’apprêtais à lancer la serviette.

Lorsque j’étais à l’université, impliqué à fond dans l’AIESEC, un alumni nous avait partagé cette citation de Roosevelt :


Je ne pourrais vous dire le nombre de fois où j’ai atteint la fin de ma corde. À chaque occasion, j’ai réussi, par je ne sais quel miracle, à produire un nœud et m’y accrocher.

Quand vous penserez qu’il n’y a plus aucun espoir, accrochez-vous. Plongez dans le présent, implorez votre bonne étoile et lâchez prise. La vie s’occupera de vous. Comme elle le fait pour moi en ce vendredi 20 mars. Comme elle l’a fait le 19 mars 2014.

Dans 48 heures, je vivrai le rêve à fond ! Merci la vie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...