Translate my blog

4 mars 2014

Quatrième lever du soleil à Richelieu

Depuis mon retour, vendredi soir, mes yeux s’ouvrent sans effort entre 5 h 30 et 6 h. Ce matin, j’ai décidé de vaincre l’inertie et me rendre ici, devant l’écran blanc. À Sochi, pendant les dix premiers jours, j’ai vu le soleil teinter peu à peu l’horizon. Ces brefs moments matinaux, où le calme règne encore et que la nature se réveille peu à peu, me fascinent.

Il me semble que tout est alors possible. Que le jour naissant porte tous les espoirs. Débuter ma journée dans le silence, en écrivant, constitue une immense joie.

Il y a sept journées, à cette heure-ci, je marchais dans les rues étroites du Vieux Istanbul. La veille, j’avais fait mes derniers pas sur le rivage de la mer Noire, à Adler. Ce matin-là, j’avais fait mon au revoir aux ami(e)s qui reprenaient le train vers leur demeure en Russie. J’aurais aimé monter à bord, pour découvrir la vraie vie quotidienne dans une ville russe. Parce qu’à Sochi, en comparant l’environnement olympique à celui de Vancouver, j’avais l’impression de me retrouver dans un gros parc thématique à la Disney. Ce que confirmaient d’ailleurs mes amis anglais et écossais qui ont vécu les Jeux de Londres.

Je sors d’une expérience de vie fascinante. Ces vingt jours en Russie et huit jours de voyage m’ont confirmé une fois de plus que ma raison d’être est de découvrir le monde et de partager, avec le plus grand nombre, ces rencontres avec des gens et des lieux.

Sur le moniteur HP, le curseur clignote. Je me perds dans mes pensées. À droite, dans la barre latérale de l’écran, le widget Météo média indique moins dix-huit degrés celcius. En-dessous, le widget Sochi indique 15 h 52 et vingt-trois degrés celcius! Neuf heures et plus de 8 000 kilomètres me séparent de mes nouveaux amis russes. Kit Kat, sur la galerie, me regarde en miaulant pour entrer.

Tant qu’à lui donner de la nourriture, je prépare mon petit-déjeuner. Deux rôties de blé entier, recouvertes de beurre d’arachide, accompagnées de morceaux de fromage et d’un verre de jus d’orange. Ce menu constitue mon quotidien plus de 300 jours par années. Quelqu’un peut alors m’expliquer pourquoi, dans notre cantine à Veseloye, nous nous plaignions parfois du petit-déjeuner ? La garniture intérieure des crêpes variait pourtant. Ah l’humain! Une bibitte étrange, je vous dis.

Cette semaine, ma mission consiste à reprendre le rythme de vie quotidien. Aux Jeux, je n’avais aucune décision à prendre. Revêtir l’uniforme, manger ce qui se trouve dans l’assiette, marcher vers le transport en commun. Dans l’autobus ou le train, dormir quelques minutes ou discuter. Travailler. Manger ce qui se trouve dans l’assiette. Revenir au village. Se coucher. Et recommencer. Toujours avec les mêmes personnes, les mêmes vêtements, la même nourriture. J’imagine sans peine la difficulté que doivent vivre les militaires, les marins ou encore les prisonniers qui reviennent à la vie civile après des années de service ou d’emprisonnement.

Ici, il existe des dizaines de possibilités. La maison déborde d’objets. Quand tu viens de passer un mois avec une seule valise, deux paires de pantalon et trois t-shirts, l’abondance déstabilise. Ai-je vraiment besoin de tout ça pour être heureux?

Mine de rien, ce billet franchit le cap des 540 mots. Sur un blogue, les publications ne devraient pas dépasser les 500 mots. Peut-être suis-je rendu au stade du livre, où je pourrai laisser les mots défiler par dizaine de milliers?

Reprendre le rythme du quotidien donc. En me rappelant que le focus réside dans ce manuscrit. Et dans cette conférence racontant les Jeux de Sochi et ce que j’en retire.


Certaines images, sur le tableau de liège derrière moi, parlent d’elles-mêmes :
… c’est le temps…
… et si vous commenciez votre nouvelle vie maintenant? …
… Tends la main, crois en la beauté de tes rêves… et la magie se produira …
… Think Big. Start Small …
Tu vas avoir besoin de combien de messages de ce genre pour l'écrire ton livre ? AGIS.

1 commentaire:

  1. Mon curseur a beaucoup d'admiration pour tes réalisations et ce que tu es comme personne.

    RépondreSupprimer

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...