Translate my blog

11 mars 2014

Mon premier contrat de travailleur autonome!

Les gens me demandent comment se passe mon retour à la réalité québécoise. Je n’ai même pas eu le temps d’y penser encore! Je viens de vivre une semaine incroyable qui m’a tenue loin de la maison. N’étant plus sous l’interdit de publication, je peux vous raconter.

Je rêve de vivre de ma plume, de raconter des histoires devant des groupes, après avoir passé des mois à les écrire dans la solitude. Je suis de ce genre de drôle de bibitte, qui carbure autant aux rencontres humaines qu’à la solitude la plus totale. Je viens de passer d’un extrême à l’autre.

J’ai mis les pieds dans la maison le 28 février en soirée. Le 1er, tout juste avant notre départ pour Noyan, je recevais un appel de mon grand ami Jad, que je considère presque comme mon frère, tant notre complicité est grande depuis 1988. Il cherche un pigiste pour l’aider sur un contrat de correction de textes. J’en parle avec Nathalie et saute sur l’occasion, malgré la trouille qui m’habite. Moi? Réviser et composer des textes? Pour une plateforme culturelle? Je me sens bien petit face à Jad, qui écrit professionnellement depuis si longtemps…

Est-ce l’attrait de la nouveauté? La solitude de ce boulot, après la surdose de vie en groupe à Sochi? Je ne sais pas. Une seule certitude existe. Durant toutes ces heures, de 16 h 30 à minuit ou de 8 h à 17 h, je n’ai jamais vu le temps passer.

Du 4 au 10 mars, à l’exception du 8 où j’étais avec mon équipe de la maîtrise, mon esprit était concentré à 100%. Je visionnais les capsules de La Fabrique culturelle, nouvelle plateforme web lancée ce matin par Télé-Québec. Je jouais avec les mots. J’ai découvert des dizaines d’artistes tous plus talentueux les uns que les autres. De l’art visuel, de la danse, du théâtre, de la musique, de la sculpture et j’en passe. Des artistes émergents, des légendes.


Je n’en reviens pas. J’ai l’impression que la vie me lance un beau grand message d’espoir. Voir tous ces artistes créer et expliquer leur œuvre me plonge dans mon propre processus créateur. Mon cadeau du ciel, ce sont les mots, que je manie à ma façon. Je me fais dire depuis l’école primaire que je possède une plume qui fait vibrer. Il serait temps que je croie tous ces gens et que je m’y consacre à 100%, à cet art qu’est l’écriture !

Et la vie, fière d’elle, m’a envoyé un autre incroyable message dimanche soir. Lyne Gagné, une amie d’un ami, devenue mon amie Facebook un peu par hasard, m’a envoyé cette magnifique photo, qu’elle a prise elle-même lors d’une visite à Disney. Elle venait de lire mon billet du 4 mars et m’écrivait pour me remercier.


Des heures des heures donc à regarder des artistes parler de leur art. Le Québec déborde de créativité et de talent. Contre vents et marées, les artistes foncent, menés par ce feu intérieur qui les incitent à créer, à partir des dons qu’ils ont reçus à la naissance.

J’y suis donc. Devant la page blanche. À créer mon futur, à partir de mes rêves. Je dois créer mon logo, rédiger les textes qui me définiront face au monde. Dénicher de nouveaux contrats. Et surtout, écrire. Écrire encore et encore. En commençant par mes jeux olympiques. Pour partir ensuite à la rencontre des jeunes dans les écoles primaires et secondaires. Et les adultes dans les bibliothèques municipales.

1 commentaire:

  1. Bon vent l'ami! J'aurai pu faire comme bon nombre témoigner dans Facebook, mais je commence à douter que les gens prennent réellement le temps de lire tes contenus et se contentent de cliquer j'aime. Chose que je ferai mais qui sera en complément à ce commentaire :) LOL

    RépondreSupprimer

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...