Translate my blog

26 février 2014

Une zone tampon entre deux mondes

Je ressens actuellement l’impression de vivre entre deux mondes. 20 h 40, un mercredi soir de février. Il y a 48 heures, j’étais à l’aéroport de Sochi, avec mes collègues bénévoles. Dans 48 heures, je serai de retour au pays. Nathalie et les enfants m’accueilleront à Dorval. Ma présence à Istanbul s’avère d’une grande symbolique. Une ville millénaire située à la frontière de l’Europe et de l’Asie. Un gars de 45 ans qui vient de quitter son emploi après onze ans pour démarrer son entreprise. La jeunesse d’un bord, l’âge mûr de l’autre.

Sans le savoir à l’époque où j’ai réservé mes vols, j’ai pris une bonne décision. Je peux décompresser et faire le vide. Du 4 au 24 février, j’ai rarement été seul. Pour un introverti de mon genre, qui aime quand même les interactions sociales, ce fut ardu par moments. Hier, j’ai mis mon blogue à jour. J’ai visité la Mosquée bleue. Aujourd’hui, je suis parti à la découverte de lieux fabuleux et chargés d’histoire : Hagia Sophia, la Citerne basilique et le Palais Topkaki.

Le ciel était nuageux, le mercure indiquait 6 degrés celcius. Il y avait beaucoup de touristes dans Sainte Sophie. Je n’ose pas imaginer de quoi cela a l’air en plein été ! Je suis sans mots pour décrire ces merveilles. Mes photos ne rendent pas du tout justice à l’émotion que je ressentais dans ces lieux centenaires.


Qui sommes-nous, pour affirmer que nous possédons la vérité ? Eux aussi, les sultans, pensaient la détenir. Est-ce que nos gratte-ciels modernes seront encore debout dans 400 ans ? Notre pont Champlain tombe en ruine après 50 ans.

J’ai poursuivi ma marche en me rendant à la gare de Sirkeci, située près du pont Galata, sur le bord du Golden Horn. Le fameux train Orient Express, rendu célèbre par Agathie Christie, s’y arrêtait jadis. Un petit musée en relate l’histoire. Le pont Galata et ses dizaines de pêcheurs constitue une vision étrange, surtout avec ses commerces. J’ai emprunté la rue piétonnière Istiklal et ai abouti au Square Taksim. Une journée de semaine, des milliers de personnes dans la rue. Impressionnant.


J’ai dû marcher un bon 15 kilomètres aujourd’hui. À un rythme lent, tout occupé que j’étais à m’émerveiller devant ce monde si différent de ce que je connais. De minuscules commerces partout, des hommes qui boivent du thé dans des petits verres, tout en discutant. Et que dire de l’appel à la prière, diffusé par les minarets des mosquées ? Fascinant.

Demain, je traverse du côté de l’Asie. Je quitte Istanbul à 5 h 55 vendredi matin. En route vers ma famille et mes amis.

Je lis les actualités sur mon fil Facebook. Mes nouveaux amis du monde reviennent à la maison. Nous vivons le choc du retour à la réalité. C’est pourquoi cet arrêt à Istanbul s’avère génial. Je me retrouve et pourrai, à mon arriver, m’ouvrir aux autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...