Translate my blog

25 février 2014

Go Canada Go !

Le moment tant attendu est arrivé. Cet après-midi, l’équipe masculine de hockey joue pour l’Or. J’espère que l’exploit des filles motivera nos grosses vedettes de la NHL. Parce que je n’ai pas du tout aimé l’attitude des stars américaines, lors de leur déconfiture totale contre la Finlande. Ils étaient pitoyables et ridicules.

Mon objectif ce matin consiste à acheter des souvenirs pour ma famille. Durant les Jeux, la file d’attente au magasin Bosco du Parc olympique dépassait toujours les 90 minutes. Je n’ai donc pu m’y rendre. Je passe la sécurité type aéroport et marche vers l’une des entrées du personnel. Il est 9 h 50. Le match de hockey est à 16 h. Je me fais refuser l’accès car je n’ai pas de billet. Je pogne les nerfs et engueule les quatre bénévoles. “I’ve been here three weeks, working my ass off in the mountains, commuting for 5 hours every day. I am coming to buy gifts at the Bosco store. Spending more roubles in Russia. You let me go ! I don’t care about the damn rules. Please !” Le miracle se produit, le chef d’équipe sort un billet de sa poche. Je marche vers le magasin, en furie totale.

J’effectue quelques achats, déçus de voir qu’il n’y a plus de beaux t-shirts pour les femmes, ni de papeterie et porte-clé. Ça ressemble à un Zellers qui a remplit ses tablettes de ce qu’il reste en inventaire, avant la fermeture.

Il fait très beau. 11 h 15. Je ne sais pas sur quel pied danser. Si je sors du parc, je ne peux y revenir. Une voix m’interpelle. “Christian ?” C’est ma mère qui va être contente en lisant ce qui suit. Après Marie-Chaton à la Place de la francophonie à Vancouver, voici Marie-Rose au Parc olympique à Sochi. Marie-Rose réside à Honfleur, sur la Rive-Sud de Québec. Nous sommes devenus amis Facebook avant notre départ. Elle était bénévole pour le comité olympique canadien (COC). Une autre rencontre en face à face avec une amie virtuelle. On se promène dans le parc, en échangeant sur nos expériences respectives. Elle n’est pas impressionnée du tout par le COC. Pour eux, il y a deux classes de gens. Les employés permanents, qui reçoivent tout plein de vêtements et de billets et les bénévoles, qui ont défrayé de 5 à 10 000$ chacun pour être ici. Zéro reconnaissance de la part des permanents envers les bénévoles. Une belle leçon pour moi, qui veut aider les organisations à gérer leurs bénévoles !

Alors que nous nous trouvons dans la Russia Fan House, nous assistons en direct à la fin de l’épreuve de 50 km de ski de fond. L’incroyable se produit pour la Russie : un podium parfait ! Quelle conclusion extraordinaire à ces Jeux qui avaient mal commencé pour eux. Avec les victoires à Laura, la Russie prend la tête du classement des médailles. Wow !

Je n’arrive à obtenir un accès à la maison du Canada. Je quitte le parc olympique et vais rejoindre Martine Salomon au village Omega. Nous regardons le hockey dans un restaurant. David Swayne, un policier ontarien qui réside à mon village et travaille au Endurance Village, nous rejoint. Nous crions comme des fous à chaque but. Les proprios nous trouvent tellement sympathiques qu’ils nous offrent une tournée de bière.


On reste là pour regarder la cérémonie de clôture. Le restaurant se remplit. Des bénévoles, des journalistes, des russes. Nous ne pouvons nous empêcher de verser quelques larmes lorsque l’ours éteint la flamme. Nous sortons dans la rue pour regarder le feu d’artifice.


Et voilà. Les Jeux prennent fin pour moi. Martine continue l’aventure, pour les paralympiques. Son conjoint, Rock vient la rejoindre. Nous nous reverrons au Québec à son retour, à la fin mars. Je vous souhaite du bon temps ensemble ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...