Translate my blog

22 février 2014

Avant-dernière journée à Laura, dans un tunnel !

Jeudi. J’aurais pu dormir toute la journée. Il me semble en avoir un peu ras le bol de tout ça. Vous me l'écrivez, certains bénévoles positifs de nature le disent, nous avons choisis d'être ici. Nous vivons en direct cet événement planétaire, observé par des milliards de personnes. Vous êtes assis sur votre divan à la maison, devant votre télé LCD 42 pouces. Ou encore au bureau, en train de suivre les épreuves sur internet. Je n'ai pas le droit de me laisser abattre. Peu à peu, mon moteur s’active, l’énergie revient et je prend le chemin de Laura. À l’arrivée, je me dirige à la cantine du biathlon, question d’y prendre un repas. File indienne de cafétéria, soupe, salade, met principal, bouteille de Coke.

Je découvre ensuite notre assignation de la soirée. Nous sommes dans le tunnel qui passe sous la piste de biathlon et de ski de fonds. Avec Sergei, je contrôle l’accès de l’un des deux escaliers qui permettent aux gens avec des billets admission générale de se poster sur les côtés de la piste. Il y a plein de règles à respecter. Seuls les détenteurs de billets et les gens possédant les bons codes d’accréditation peuvent y accéder.

Avant-dernière compétition de biathlon, sport dont les russes raffolent. Des chauffeurs de mini-vans se présentent. Ce sont ceux qui nous conduisent sur le site, entre le bas et le haut. Ils nous permettent de sauver du temps et de l’énergie. Mon collègue ne me voit pas, je laisse passer les chauffeurs. Puis d’autres. Des jeunes russes bénévoles, qui sont au transport ou dans des lieux qui ne leur permettent pas de voir des compétitions en direct comme nous, arrivent. Même stratagème. Au diable les règles idiotes. J’ai été en reconnaissance à mon arrivée et il y a de la place en masse le long du parcours. Go, allez-y. Souriez, dites spasiba au canadien et enjoy the show.

Ils ont travaillé aussi fort que nous et n’ont pas eu la chance que nous avons de côtoyer les athlètes, les entraîneurs, les techniciens, les équipes de diffusion, journalistes et spectateurs. Je souhaite qu’ils gardent un bon souvenir de ce moment où un canadien qui parle pas vraiment le russe leur a offert un accès à un endroit interdit.

La soirée se termine en tendant la main aux gens qui doivent sauter du chemin enneigé à la route, pour redescendre à la base. Des dizaines de spasiba.

Je suis dans l’autobus, sur le chemin du retour, pendant le match Canada – USA. C’est plus rapide de le suivre par le biais de mon fil d’actualités Facebook que sur l’application des Jeux ! Je vous garantis une chose, ce match était fort suivi au pays !!!

En finale, en finale ! Wow. Demain je me mets à la recherche du meilleur endroit pour regarder la finale et les cérémonies de clôture.

Il est 10 h 15. Je termine la rédaction de ce billet. Je prends ma douche, passe à la cantine déjeuner (mioum, encore des crêpes à la viande hâché…), reviens à la chambre et monte, pour la dernière fois, à Krasnaya Polyana. Aujourd’hui, un Global Village est organisé. Nous pourrons échanger des objets. Il me reste encore des épinglettes et des objets promotionnels. C’est fou la quantité de cadeaux que j’ai apporté ici. Je ferai des heureux dans quelques heures. Le soleil est de retour. Ce sera une merveilleuse dernière journée sur la montagne, d’autant plus que nous serons dans les estrades.

Il y aura sûrement des larmes ce soir …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...