Translate my blog

28 mai 2013

En Italie cinq semaines cet été!

Italie. Toscane. Mer. Florence. Des mots qui font rêver n’est-ce pas? L’envie de partir découvrir ce coin de la planète vous vient déjà? Imaginez ne pas juste y vivre dans un hôtel pendant quelques jours, observant les us et coutumes des locaux. Vous vivez dans une famille, devenez un de leurs enfants, pendant cinq semaines. Êtes-vous encore plus prêt à partir? C’est l’expérience que s’apprête à vivre notre fille, Roselyne.

Imaginez son immense joie le 13 mai dernier lorsque elle a reçu cette lettre de la part de Lucie Ledoux, de AFS Canada. Le 30 juin dans l’avion, en direction de Rome! Wow. J’ai voyagé loin de ma famille à quelques reprises durant ma jeunesse. Vancouver en voyage échange en secondaire 1 et 4, Londres avec un ami et ses parents durant le Cegep. Le début de la vingtaine m’a vu découvrir la grande ville cosmopolite qu’est Montréal (ne riez pas, quand vous avez vingt et que vous quittez votre région natale, blanche, francophone et catholique à 98%, le quartier Côte-des-Neiges s’avère une expérience déconcertante!), puis la Yougoslavie huit semaines pour y travailler. J’ai toujours eu cette soif de partager et d’observer le quotidien des gens ailleurs. Alors voir ma fille vivre cette expérience à son tour me rend très fier d’elle!

Roselyne étudie au programme d’éducation internationale à son école secondaire de Marieville. Le voyage l’intéresse donc au plus haut point. Notre séjour en France l’été dernier lui a donné la piqûre. J’ai comme l’impression que la vie la mènera aux quatre coins du monde. À plusieurs égards, elle me ressemble. Avide lectrice, curieuse, réservée, elle laisse sa marque en s’intégrant tout doucement dans un groupe. Et mine de rien, sans se vanter de ses exploits, elle remporte des médailles sportives (en cheerleading entre autre) et a même été nommée, en 2012, personnalité de l’année au PEI!

Le weekend dernier, elle a participé, au Centre Notre-Dame-de-Fatima à l’Île-Perrot, à un camp de préparation au départ : choc culturel, adaptation à un nouvel environnement, problèmes à l’aéroport, les mises en situation leur ont permis de s’outiller pour vivre leur expérience. Tous les jeunes québécois qui partiront à l’étranger en 2013-2014 s’y trouvaient. Dimanche, nous étions conviés à une séance d’information.

Le niveau de stress des parents variait en fonction de la durée du séjour (Roselyne participe au programme d’été, la majeure partie des étudiants fera une année scolaire en vivant dans une famille) et le pays d’accueil. Disons qu’il y a une différence entre cinq semaines en Toscane et douze mois dans une province éloignée de l’Inde… Entre un pays sans visa et un autre qui en plus de celui-ci, exige que le parent signe une déclaration promettant de ne pas visiter son enfant…

Roselyne a déjà fait des voyages scolaires à Toronto, Boston et New-York, accompagnée de son groupe de PEI. Elle a vu Lyon, Genève, Chamonix, Nantes et Paris avec nous. Elle a visité, seule, sa marraine adorée Véro à Saguenay. Dans une trentaine de jours, elle s’envolera vers l’Italie.

Un vieux proverbe dit ceci : les voyages forment la jeunesse. Je l’ai vécu. Je le vis en côtoyant les étudiants impliqués dans l’AIESEC. Au tour à Roselyne de le vivre, de vibrer chaque instant de son séjour dans cette famille italienne. De comprendre que malgré nos différences et les apparences, nous ne formons qu’une seule entité : l’humanité.

Je vous laisse avec cet extrait du site des ProVerbes. Devinez en quelle année cela a été écrit:
Les voyages étendent l’esprit, l’élevent, l’enrichissent de connoissances, & le guérissent des préjugés nationaux. C’est un genre d’étude auquel on ne supplée point par les livres, & par le rapport d’autrui ; il faut soi-même juger des hommes, des lieux, & des objets. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...