Translate my blog

1 mars 2013

La première journée de ma nouvelle vie

 « Bon, bon, de quoi parles-tu encore, Christian? Elle n’est pas assez remplie ta vie? ». Oui, ma vie déborde d’activités. Parfois, ceux qui me découvrent par mes écrits me lancent : « Wow! Je me croyais super occupé? Je ne suis rien… tu es une machine! Comment arrives-tu à accomplir tout cela? ». La réponse est simple et prend la forme d’une seule question : « Tu passes combien d’heures par semaine devant la télé? »

Ma vie déborde d’activités, oui. Je n’éprouve cependant pas l’impression d’être hors-contrôle. Je suis un passionné des humains. Je vis dans un monde de passionnés. Mes bénévoles de la CIGM, les participants réguliers à nos activités représentent des passionnés de l’immobilier. Nous échangeons des courriels et des textos à toute heure du jour, sept jours sur sept. Mes étudiants et collègues chez Zoom Académie carburent à l’adrénaline événementielle. Je vis la même situation en classe à la maîtrise : nous apprenons et partageons nos expériences en développement humain. Depuis toujours, le 8 ½ à 4 ½ n’existe pas pour moi. Je suis de service 24 h sur 24, 7 jours sur 7. Nathalie m’endure parce qu’elle connait ce rythme elle aussi, étant née dans une famille de commerçants.

Le 22 décembre dernier, je rédigeais un billet qui se terminait ainsi :
Je dois arrêter de me mentir. De cesser de m’éparpiller à gauche et à droite. Il y a plus d’un an que je n’ai pas écrit un aussi long billet. Il vient de franchir les 1 000 mots. Toute la famille dort encore. Night Ranger dans les oreilles, j'observe les flocons qui se laissent porter par le vent. Heureux je suis.
L’automne 2012 a été hallucinant. J’ai l’impression d’émerger d’un tunnel. Tel un train, je fonçais à vive allure dans le noir, afin de franchir la distance.
Je dois revenir à l’essentiel. Écrire. Tous les jours. Quitte à réduire mes heures de travail une fois de plus. Parce que telle est ma raison d’être : observer les gens et les lieux qui façonnent leurs histoires. Et les raconter.
La grande nouvelle que vous attendez est la suivante. J’ai décidé de passer aux actes et de réduire mes heures de travail à la CIGM. Aujourd’hui, j’annonce donc haut et fort que je vis la première journée de ma nouvelle vie. Je travaillerai 28 heures par semaine pour la Chambre immobilière.

Le vertige s’empare de moi. Hier, en remettant ma planification des trois prochains mois à Yolande Ratelle, la meilleure patronne que j’ai eue dans ma vie, je n’arrivais pas à imaginer que je serais absent du bureau tous les vendredis. Certains pourraient craindre que mes comités n’en souffrent. Je ne le crois pas. Ce nouvel horaire me permettra d’être encore plus discipliné et productif. J’ai une heure pour ceci? Go, je réalise la tâche. Et n’oubliez pas que je ne connais pas les frontières du 8 ½ à 4 ½. Je suis dans un cours à l’université et j’ai une idée reliée à mon rôle d’agent de liaison? J’en prends note. Je suis dans un match de hockey le dimanche soir et je reçois un message d’un de mes bénévoles? Je lui réponds sur le champ.

Pourquoi maintenant? Parce qu’en février, j’ai réalisé une chose. Le 24 avril prochain, le compteur indiquera 45 années bien sonnées. Nouvelle séance de vertige. Les étudiants que je coache dans l’AIESEC n’étaient même pas nés quand je suis sorti de HEC Montréal, en 1992. Mathieu aura 18 ans dans un mois. Roselyne, si tout va bien, participera à un échange de cinq semaines en Italie cet été. Félix débute la sixième année du primaire en septembre. C’est con, j’écris ces lignes et les larmes coulent. Dans quelques années, je pourrais devenir grand-père. Ayoye!

Je me retrouve au beau milieu de ma vie. Oui, les Fortin vivent vieux et en santé. Les prochaines 45 années de ma vie, je veux toucher le maximum de gens par mes écrits. Je rêve de devenir le prochain Jean-Marc Chaput du Québec. Il n’y a qu’une façon d’y arriver : écrire, écrire et écrire encore. Mettre en scène ces rencontres avec des gens et des lieux fantastiques.

Je commence à en avoir ras-le-bol de toute cette négativité véhiculée par les médias occidentaux. Crisse, il se passe des histoires extraordinaires à tous les jours. Regardez attentivement autour de vous! Pis dites-vous bien une chose : si les médias véhiculent ces conneries, c’est parce que nous, occidentaux, en redemandons! Pourquoi ne pas exiger de nous raconter ces belles histoires de gens ordinaires qui accomplissent des petits miracles?

Je m’éparpille… En ce vendredi premier mars deux mille treize, je débute donc les quarante-cinq prochaines années de ma vie. Tiens, la bande sonore du magnifique film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » débute sur le site rdio.com. Quand la vie complote pour toi, c’est génial!

Merci à tous ceux qui m’ont écrit suite à la publication de mon billet du 22 décembre 2012. Vous m’avez fait cheminer dans ma réflexion.

Merci aux présidents (actuels et passés) des comités de regroupement de la CIGM avec qui je partage mes rêves et mes craintes. Vous me poussez à aller plus haut et vous nourrissez la flamme. Merci aussi à chacun des membres des comités de regroupements qui rendent ma vie si gratifiante.

Merci à Lyne Branchaud, Véronique Hébert, Nathanielle Fiset, Daniel Fortin et François Lanouette, des pros de l’événementiel qui possèdent eux aussi ce rare don de toucher profondément les gens qu’ils côtoient.   Vous n'avez pas idée jusqu'à quel point vous m'aidez!

Merci à Yolande Ratelle, ma patronne actuelle, qui m’a dit, par un beau jour de juillet 2011 : « déploie des magnifiques ailes Christian ». Le taureau en a mis du temps à se décider… Il a bien observé, bien réfléchi en machouillant l'herbe. Aujourd'hui, il s'envole!

Merci à mes collègues de la CIGM (les 3 Alain, les 2 Chantal, Cornelia, Daniella, Emelie, Fred, Jacqueline, Linda, Marie-Josée, Mireille, Renée, Sarah), complices eux aussi de mes rêves, de mes doutes et de mes succès.

Merci à tous les AIESECers sans qui je ne serais pas devenu celui que je suis.

Merci à Donald Dubé, Hervé Turgeon, Jadrino Juot et Marie-Chantal Lamothe, mes ancrages.

Merci à mes cousins, cousines, oncles, tantes Fortin qui me lisent et en redemandent quand je me relâche.

Merci à mes parents, à qui je dois tout.

Merci à Félix, Roselyne et Mathieu. Votre papa est très très fier de vous!

Merci à Nathalie qui me soutient dans toutes mes folles aventures.

Je sens la zénitude s'emparer de mon être. Maudit qu'elles seront belles, ces quarante-cinq prochaines années!

4 commentaires:

  1. Denise Anctil01/03/2013 17:40

    Wow Christian!! Tu as toujours su me toucher, et aujourd'hui tu t'es surpassée. Merci d'être l'homme que tu es. Tu es inspirant, et unique, et je te souhaite beaucoup de bonheur pour tes prochaines 45 années!!!!

    Merci pour tout ce que tu nous apporte....Go Christian, Go!!!!

    Denise

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour ta plume, c'est tellement agréable de te lire! Je suis maintenant une fan de ton blogue? Poursuis ton envol, je te suivrai du regard! Amitiés Yolande

    RépondreSupprimer
  3. Bon je pleure ce matin en te lisant .... Xx
    Vero merci de me citer ça me touche beaucoup !

    RépondreSupprimer
  4. Merci beaucoup, tu me fais pleurer ce matin et tu me touches beaucoup :) tu es inspirant !
    Vero ;)

    RépondreSupprimer

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...