Translate my blog

1 août 2012

Être à Richelieu un 1er août : étrange.

J’ai adoré notre récent séjour en France. Mes cinq sens y ont été sollicités sans relâche pendant quatorze jours. À un tel point que pour la première fois depuis plusieurs années, j’ai réussi à décrocher complètement du boulot. J’appréhendais ce voyage, convaincu que France et mi-juillet correspondaient à canicule. Que grosse ville, vieilles pierres, marche et chaleur excessive avec des enfants signifieraient désastre. Dame nature nous a livré de magnifiques journées, avec un mercure dépassant rarement les 24 degrés Celsius.

Devinez la suite? J’avais peur du retour dans le sud du Québec, là où la canicule s’installe fin juillet, début août. Dans notre Havre-au-Ruisseau, point d’air climatisé. Quand la sale chaleur humide s’installe, M. ours polaire trouve le temps long… Depuis 2003, nous avions donc l’habitude de prendre la route le dernier weekend de juillet et passer deux ou trois semaines dans un lieu paradisiaque : les Iles-de-la-Madeleine. Maximum 22 dans le jour, minimum 15-17 la nuit. Un vent constant. Des gens sympathiques, vivant au rythme tranquille d’un archipel posé à cinq heures de traversier de l’Ile du Prince-Édouard.

Je ressens une impression bizarre ce soir. J’ai l’habitude de passer le 1er août sur une plage, au beau milieu du Golfe Saint-Laurent. Je ne connais plus le mois d’août sur le continent. Je devrai me le réapproprier dans les deux prochaines semaines. Les souvenirs d’adolescence remontent : l’ennui qui s’installe, l’excitation à l’idée de savoir ce qui est arrivé aux amis perdus de vue pendant l’été, les journées qui raccourcissent, les nuits qui fraîchissent.

Les vacances avec mes parents, elles se prenaient au début juillet, à Hampton Beach dans le New Hampshire. Nous y retournerons avec les enfants dans dix jours. J’aimerais leur montrer ces lieux qui eurent un impact majeur sur ma vie. Je risque cependant d’y voir des fantômes : mes oncles et tantes décédés, qui ont bercé mon enfance. Annette, Cécile, Jacqueline, Ben et Yvonne, mon parrain Jean-Paul et sa fameuse roche pour fumer la pipe à Rye Beach.

Il y a quand même du bon à changer la routine et passer outre à ses peurs. Il s’agit de plonger et de faire confiance à la vie.

Bon mois d’août!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...