Translate my blog

28 juillet 2012

Jeux olympiques de Londres : c’est parti!

Il y a une semaine, je me trouvais à Paris, avec Nathalie et nos trois enfants. Je savais qu’à moins de trois heures de train, je pouvais vivre la frénésie des Jeux olympiques une fois de plus. Avant notre départ pour la France, nous avions regardé les horaires de l’Eurostar, question de faire une escapade d’une journée dans la capitale anglaise. Beaucoup trop cher… Londres nous verra une autre fois. Par contre, rien ne m’empêche de la voir à la télé!

Hier, j’ai écouté, en partie en direct et en partie en différé, la cérémonie d’ouverture des JO 2012. Ces heures m’ont donné à plusieurs reprises des frissons dans le dos, en pensant à l’expérience vécue à Vancouver en février 2010. Je me suis rappelé la frustration qui m’habitait au départ, alors que mon vol WestJet retardé me faisait manquer la répétition générale de la cérémonie d’ouverture (raconté ici et ici). Cet événement, je l’ai vécu avec ma famille d’accueil, dans le sous-sol confortable de leur maison de North Vancouver, en mangeant de la pizza.

Ce qui me fascine dans les Jeux olympiques, c’est la fraternité entre les athlètes, les entraîneurs et les spectateurs. La vue de tous ces humains de race, langue, religion différentes qui se regroupent autour de sports communs, qui baragouinent l’anglais du mieux qu’ils peuvent, m’épate. Oui, les grandes villes d’aujourd’hui sont cosmopolites. Oui, certains quartiers de Montréal permettent de « voyager ». Le feeling n’est cependant pas comparable à celui d’un événement d’envergure internationale comme les Jeux ou un congrès. Qu’est-ce qui diffère alors?

Le dépaysement. La fugacité du moment. Tous se retrouvent dans des lieux non familiers, entouré d’inconnus. Hors de ses repères, je pense que l’humain cherche à socialiser avec ses pairs. Les athlètes des 204 pays étaient beaux à voir à la télé, surtout vers la fin. On voyait bien que les délégations commençaient déjà à fraterniser entre elles.

Les Jeux sont l’aboutissement d’années d’efforts et de sacrifices de la part des athlètes et de leurs familles. Dans les estrades de Cypress Mountain en 2010, j’ai lu la fierté dans les yeux des familles. J’espère la revoir cette année en suivant les Jeux de Londres.

Je vous souhaite un bon deux semaines!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de prendre le temps de commenter ! Ne vous laissez pas avoir par le curseur qui clignote dans le carré blanc. J'aime vous lire !

Lecture suggérée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...